L’Afrique en photo me charme à La Gacilly

Ceux et celles qui me lisent régulièrement savent que je suis une adepte des sorties culturelles et de l’art en...

Deux jours à Ilha Grande

Nous entamons ensemble notre dernière escale brésilienne sur le blog. Avant de rejoindre la cité coloniale de Paraty, nous avons...

Une journée en escale à New York

Un jour j’irais à New York avec toi (enfin en escale, c’est déjà ça !)… En mars 2016, nous...

Le parc naturel Bardenas Reales en Espagne

J’ai tellement rêvé visiter ce lieu. Je l’ai découvert par hasard sur un blog dont je ne me souviens...

De l'Île Rousse à Calvi

7h   Je me réveille au son des vagues (et de mon réveil aussi, mais c’est déjà un peu...
Voyage en famille

Chroniques Lorientaises

Je partage avec vous nos balades, découvertes et bonnes adresses à Lorient.

Lire plus

A propos

Bonjour !
Je suis Lili

Breizh-Blogueuse, fraichement débarquée à Lorient, je voyage en famille avec nos 2 enfants de 2 & 4 ans...

Lire plus
Dimanche

Silent Sunday

Une photo
Pas de mot
Chaque dimanche
(ou presque)
Clic Clac

Voir plus
Non classé

2020, une année de lectures

Pour clore cette année 2020, j’ai envie d’effectuer une rétrospective de mes lectures. Cette année, il y a eu beaucoup moins de voyages, voir pas du tout, à peine quelques escapades françaises. Covid-19, confinement 1, déconfinement, un second confinement, … Je n’ai pas réussit à partir au-delà de la Bretagne. J’ai oscillé entre l’admiration et la perplexité face à ceux.elles qui ont entrepris un voyage à l’étranger cette année, en Europe ou ailleurs. Pour ma part, cela reste au-dessus de mes forces pour l’instant. Nous avons la chance d’avoir acheté une maison au mois de janvier avec du gros boulot de rénovation qui nous a bien occupé. Et je me suis centrée sur quelques défis, comme reprendre la lecture de manière significative.

J’ai donc entrepris un petit défi personnel, à savoir lire 40 ouvrages en 2020. Je suis ravie de voir qu’il est relevé (c’est inutile, certes mais cela me fait un bien fou). Je suis davantage ravie des pépites que j’ai tenu entre mes mains, la majorité étant d’une grande qualité. Je crois n’avoir abandonné aucun ouvrage, grâce aux suggestions de mes libraires de feu.

Des bandes-dessinées

En 2019, j’ai commencé à lire des bandes-dessinées. Et depuis, je ne m’arrête plus !

Idéal Standard – Aude Picault

Ma lecture du 1er janvier. Je farfouille dans la bibliothèque de mon amie chez qui nous avons passé le réveillon et je découvre cette bande-dessinée légère.

Frida Kahlo, une biographie – Maria Hesse

J’ai offert ce roman graphique à ma sœur, qui aime beaucoup Frida et son histoire. Les illustrations sont superbes et le récit de la vie de l’artiste poignant.

Les Vermeilles – Camille Jourdy 🎈

J’ai tellement aimé cette bd, le graphisme est sublime et l’histoire poétique à souhait. Elle est tout à fait abordable pour les enfants, ma fille de 8 ans l’a dévoré également. Je suis sous le charme ⚘ Bravo à Camille Jourdy pour cet excellent album qui déborde de poésie !

Fantômes et marmelade, Les Rochester #4

Clairement, j’avais envie d’Ecosse… une bd qui se lit tranquillement sans coup de coeur. Elle ne m’a pas donné envie de creuser un autre opus.

“Le journal d’Anne Frank” Ari Folman & David Polonsky.

“Chère Kitty, hier soir, nous avons eu un court-circuit ; en plus ça tiraillait sans arrêt. J’ai toujours aussi peur des coups de feu et des avions, et je vais retrouver papa dans son lit presque toutes les nuits pour y chercher du réconfort. ”

Ce roman graphique est un très bel ouvrage. Nous connaissons tous et toutes “Le journal d’Anne Frank”. Cette adaptation est à mon sens très réussie. Elle met en évidence la maturité de l’enfant puis l’adolescente, l’horreur de la guerre, l’espoir, la vie en huis clos. Une pépite 💚

Peurs bleues – Mathou

J’apprécie le travail de Mathou et j’ai beaucoup aimé cette bd très personnelle, qui a résonné en moi.

L’Arabe du futur 2, 3, 4 et 5 : Une jeunesse au Moyen-Orient – Riad Sattouf 🎈

Cette année, j’ai rattrapé mes lacunes concernant cette superbe saga. Cette biographie, témoignage d’une époque qui me parle, ayant sensiblement le même âge que l’auteur, nos origines bretonnes et pourtant tellement lointaine, de part son enfance en Syrie. Une pépite ! Ravie de retrouver Riad et ses proches pour le 5eme opus de “L’Arabe du futur”. Je ne dévoile rien pour vous laisser tout le plaisir que j’ai eu à découvrir ce nouvel épisode et patiente pour la suite…

À volonté: Tu t’es vue quand tu manges ? – Mathou et Mademoiselle Caroline

C’est bien la première bd de mathou sur laquelle j’ai le moins accroché. Pourtant, le sujet m’était plutôt proche. En toute sincérité, je n’ai pas été emporté par celle-ci.

La rose la plus rouge s’épanouit – Liv Strömquist

Une bande dessinée féministe dense et documentée. A conserver dans sa bibliothèque pour pouvoir y revenir. Un très beau boulot d’analyse.

L’enfance de l’art (Miss Charity #1) – la plume de Loïc Clement et les illustrations d’ Anne Montel 🎈

Encore une jolie bd poétique et largement abordable pour les enfants à partir de 8 ans. Miss Charity est une petite fille anglaise étriquée dans son éducation bourgeoise et où sa parole a finalement peu de poids. Elle se réfugie dans un monde peuplé de souris, lapin, oiseau qu’elle recueille et tente de dresser. Avec sa préceptrice, elle se découvre un talent pour l’aquarelle. Enfin, elle se réfugie dans la mycologie et Shakespeare.

Adaptation du roman de Marie-Aude Murail, cette bande dessinée est poétique. Les deux auteurs ont effectué un travail remarquable. J’ai suivi avec ravissement l’enfance de Miss Charity, entre tristesse, amusement et curiosité. Une belle ode à cette enfance qui est une période propice à la découverte et l’émotion🎈Un joli coup de cœur pour ma part. Hâte de lire la suite.

“Les jours sucrés” Loïc Clement & Anne Montel

Lecture plaisante et fraîche dans laquelle la Bretagne a la part belle, Brav eo ! À 28 ans, Églantine apprend le décès de son père et part pour Klervi, le village breton de son enfance. L’occasion de se plonger dans sa vie d’avant et ses souvenirs enfouis en redécouvrant la boulangerie pâtisserie familiale dont elle hérite. Lorsqu’elle découvre le journal intime de son père, trésor renfermant tous ses secrets de vie et de cuisine, Églantine se dit que c’est peut-être pour elle le signe d’un nouveau départ.

“Les grands espaces ” de Catherine Meurisse

“- C’est quoi la nostalgie ?
– C’est un truc de vieux.”

Cette bd est pleine de charme et d’humour. L’autrice raconte son enfance à la campagne et comment elle, et l’art, l’ont construite et inspiré. C’est la première bd de Catherine que je découvre et j’aime beaucoup son univers. Un bel hymne à la nature et l’enfance où Proust et Loti ont la part belle 🌳🌿

“Moi, ce que j’aime, c’est les monstres” d’Emil Ferris

Premier ouvrage d’Emil Ferris, c’est une très, très belle surprise ! L’ambiance y est noire et c’est au cours de 416 pages que nous suivons Karen Reyes, 10 ans et fanatique des monstres. Elle vit à Chicago avec sa mère et son frère et la vie n’est pas simple sur fond de difficultés sociales racisme, …
Mais un événement va venir bouleverser son quotidien : sa voisine a été assassinée et elle décide de mener l’enquête.

J’ai vraiment beaucoup aimé cet ovni littéraire qui ne peut laisser insensible. Je disais noire et clairement l’ambiance l’est. Les dessins ne sont ni beaux ni laids, ils sont stupéfiants. Il serait dommage de passer à côté 💚

Algues vertes, l’histoire interdite – Ines Léraud

Très admirative du travail d’investigation d’Ines Leraud qui a abouti à la réalisation de cette bande dessinée/enquête autour des algues vertes en Bretagne. Édifiant !
Procès et tentatives d’intimidation sont le lot de la journaliste car ce que révèle l’enquête, c’est la responsabilité du recours à l’agriculteur intensive depuis les années soixante et l’omerta sur le sujet de la part de nombreux acteurs, politiques entre autres.

Un cycle de sorcières

J’ai voué cette année un fort intérêt pour les sorcières, leur histoire et le féminisme plus largement.

Sacrées Sorcières – Penelope Bagieu

Génial ! Je ne connaissais pas l’histoire et n’avait jamais lu l’ouvrage de Roald Dahl. C’est chose faite !

“Les filles de Salem – Comment nous avons condamné nos enfants ” de Thomas Gilbert

J’ai apprécié la bd, son histoire et le lien avec les faits historiques, la montée en tension… Je l’ai trouvé un peu trop violente à certains moments également. Ce roman graphique retrace le destin tragique des femmes de Salem, le pouvoir des hommes, cette violence, les fausses accusations de sorcellerie et l’hystérie collective. A découvrir si vous en avez l’occasion afin de vous faire votre idée.

“Sale temps pour les sorcières” MC Beaton

Après ce confinement, ce déconfinement et mes dernières lectures de sorcières, algues vertes ou autre… j’avais très envie d’une intrigue légère 🎈Et Agatha Raisin est parfaite pour cela ! Et en plus, cela me donne très envie de retourner en Angleterre !

“La sorcière de Salem” d’Elisabeth Gaskell

“Il ou elle (car il s’agissait le plus souvent d’une femme ou d’une fillette soi-disant prédisposée à ce genre de tourment) éprouvait l’envie d’un aliment particulier, se troublait d’un réflexe non contrôlé … ou d’une immobilité insolite…

En s’appuyant sur des faits historiques, comptes-rendus des procès et suites de l’affaire, l’actrice nous conte la montée en paranoïa incroyable des habitants de la petite et non moins célèbre ville de Salem, à travers l’histoire du personnage de Lois Barclay. Parue en 1859, j’ai apprécié cette courte nouvelle de 124 pages d’Elisabeth Gaskell dont je découvre l’œuvre. Entre fiction et documentaire, ce petit ouvrage est hyper intéressant.

“Les sorcières, une histoire de femmes ” de Celine du Chene

Très bel ouvrage issu de quatre épisodes de “la série documentaire” diffusée sur France Culture sur les thèmes suivants:
– La chasse aux sorcières – Sorcellerie – Figures de sorcières – Sorcières, politiques et féministes
L’ouvrage est illustré par une riche iconographie, des références à l’art, au cinéma et à la danse et de nombreuses autres ressources. Un passionnant voyage dans le temps. Évidemment il est bien moins politique que l’ouvrage de Mona Chollet et il reste un complément intéressant notamment concernant les références artistiques .

Des essais

“Présentes” de Lauren Bastide

J’avais vraiment hâte de découvrir la plume de Lauren Bastide. Je suis cette journaliste sur les RS et j’écoute son podcast depuis deux ans. Je suis particulièrement admirative de son travail en général et particulièrement à travers cet essai. Ce livre est puissant par la foule de ressouces qu’il déploie et qui accompagne le propos dans un raisonnement implacable. L’écriture est légère malgré un fond qui l’est beaucoup moins. Lauren Bastide déroule parfaitement le fil de sa pensée et la juxtaposition des inégalités est édifiante 😤 En bref, si je puis me permettre, je vous conseille de découvrir ce manifeste féministe sans plus tarder.

“Moi les hommes, je les déteste ” Pauline Harmange

“Tant qu’il y aura des hommes misogynes, des hommes qui s’en lavent les mains et une société qui les accepte et les encourage, il y aura des femmes qui, lassées, refuseront de faire encore les frais de relations épuisantes et parfois même dangereuses.”
Un essai court, un pamphlet misandre et non pas un appel à la haine. Le message est simple : mettons un peu plus les hommes à distance et développons davantage la sororité. 🙏

Du théâtre

“Yerma” de Federico Garcia Lorca

Moi je ne pense pas au lendemain, je pense à aujourd’hui. Tu es vieille et tout est pour toi comme un livre déjà lui. Je pense que j’ai soif et je ne suis pas libre.”

Je cherchais une pièce de Rodriguo Garcia que j’avais joué avec ma troupe de théâtre étudiante (jadis, naguère 😁). Et puis je suis tombée sur les œuvres de Federico Garcia Lorca dont Yerma. Pour l’histoire, Rodriguo Garcia s’est découvert une passion pour le théâtre en allant voir avec ses parents une pièce de Garcia Lorca à sept ans. La boucle est bouclée 😏. Yerma est une pièce puissante qui fait partie d’une trilogie. Elle y dénonce la condition de la femme en Espagne et date de 1934. L’unique rôle attendu des femmes est d’enfanter. Le couple de Yerma est stérile et met en exergue la violence des attendus sociaux et religieux auxquels elle doit faire face. Cela faisait longtemps que je n’avais pas lu de théâtre et c’était chouette.

“La nuit des rois ou Tout ce que vous voulez” de William Shakespeare 

C’était un plaisir de me replonger dans cette œuvre de Shakespeare.
Je l’ai vu joué sur scène il y a quelques années au théâtre de Laval et j’en garde un très bon souvenir. La musique, le jeu d’acteurs-trices , la mise en scène étaient top ! Shakespeare interroge avec brio la construction du féminin et masculin via les normes sociales et culturelles, les représentations de soi, le sexe qu’impose la société.

Des livres écrits par des femmes

“Fille” de Camille Laurens

“Vous allez avoir mal, me prévient le médecin. La douleur ressemble à celle de l’accouchement. Ce qui ne vous dit pas grand-chose, je sais. À moi non plus, d’ailleurs. ” Que tu donnes la vie ou que tu y renonces, c’est la même douleur, me dis-je sans étonnement. C’est une revendication de solitude.”

L’écriture puissante de l’autrice met en exergue le long et douloureux parcours d’être née fille. Elle met en mots les épreuves que nous inflige une société malade du patriarcat. Le constat reste affligeant et le dénouement générationnel

“A cinq ans, je suis devenue terre à terre” Jeanne Cherhal

La douce lecture au coin du sapin 🎄 J’aime tellement les chansons de Jeanne Cherhal que j’ai adoré sa plume qui célèbre les mots de sa vie

“Dans la forêt ” de Jean Hegland

“Je n’ai jamais vraiment su combien nous consommions. C’est comme si nous ne sommes tous qu’un ventre affamé, comme si l’être humain n’est qu’un paquet de besoins qui épuisent le monde.”
J’ai commencé cet ouvrage avec enthousiasme, ayant eu de bons retours. Puis j’ai eu des difficultés à entrer dedans, y trouvant des longueurs, ayant aussi sans aucun doute des appréhensions quant à la fin inévitable… Et puis les pages se sont enchaînées avec un fort attachement aux personnages. Ces deux jeunes femmes sont impressionnantes. Une lecture bouleversante 🌱

“Les gratitudes” Delphine De Vigan

“Mais je me tais. Parfois il faut assumer le vide laissé par la perte. Renoncer à faire diversion. Accepter qu’il n’y a plus rien à dire. Me tenir assis, près d’elle. Lui prendre la main. ”

J’aime beaucoup l’écriture de Delphine De Vigan. Elle est fluide et concise. Et j’ai beaucoup apprécié ce roman. Il est d’une mélancolie qui me touche. Elle est apparu tardivement au fil des pages et ne m’a pas quitté. Les yeux mouillés, je l’ai terminé en quelques heures. Il compile de grands moments d’humanité et rassure sur la nature humaine. Reste l’inéluctable finalité de nos vies…
Quelques passages pourraient servir de support auprès de futurs professionnels du champ de la dépendance.

“Le corps d’après” Virginie Noar

L’écriture est réaliste et brute, à l’image de ce qu’est vraiment la maternité et l’enfantement, elle est aussi puissante et douloureuse. C’est le premier roman de Virginie Noar que je suis sur les réseaux sociaux depuis plusieurs années à travers son compte personnel. J’ai hâte de découvrir son futur projet.

“Le bal des folles” de Victoria Mas

“Les esprits les plus fières ne veulent pas qu’on vienne les ébranler – surtout pas une femme. Ces hommes-là n’estiment les femmes que lorsque leur plastique est à leur goût. Quand à celles capables de nuire à leur virilité, ils se moquent d’elles, ou mieux encore, s’en débarrassent.”

“Les mille talents d’Euridice Gusmao” de Martha Batalha

“Se mettre à fumer à son âge, ça lui paraissait tout bonnement génial. Chaque cigarette était un cri de liberté qui se consumait lui-même, sans laisser de trace. ”

Un premier roman qui retrace le parcours de deux sœurs que la vie et la société brésilienne patriarcale n’épargnent pas. L’écriture est légère malgré la dureté du propos. Quelques longueurs et un manque de rythme ont fait que j’ai eu un peu de peine à le terminer (faut dire que j’ai aussi eu des difficultés de concentration cette période de confinement). J’ai trouvé qu’il y avait un peu trop de personnages et que le celui de Guida aurait mérité encore plus de profondeur. Cette description du Brésil du début du siècle dernier fait froid dans le dos et est passionnant ! Je vous invite à vous faire votre idée concernant ce roman de femmes écrit par une femme.

Une histoire de femme

“Une paysanne russe” de Léon Tolstoï

(Parce que je ne savais pas où le ranger) Anissia est une paysanne russe dont cet ouvrage est le récit de vie, dont Tolstoï se fait le porte-voix. Jeune paysanne mariée contre son gré, elle témoigne à l’auteur des petits bonheurs et grands malheurs de sa vie, avec pour decor la Russie du 19ème siècle. Son mari est condamné pour vol à partir en Sibérie. Elle décide de le suivre. Le destin de cette femme est à la fois exceptionnel et tragique. Ce témoignage a une centaine d’années et est troublant de clairvoyance et force. Un destin de femme puissant 🙏 Dévoré en quelques heures, c’est une lecture dont je me souviendrais longtemps.

Je termine ce billet sur ms lectures 2020 qui m’ont bien accompagné cette année et je préssent que nous prenons le même chemin !

Afin de préparer le terrain, auriez-vous une ou des lectures à me conseiller ?

Avez-vous lu certains des livres présentés dans cet article ?

Belles fêtes de fin d’année à vous !

Continue reading
Bretagne, En famille, Patrimoines et traditions

Un week-end au château en Centre-Bretagne

Courant novembre, nous avons passé un week-end à une petite heure de chez nous, en Centre-Bretagne.

Nous sommes arrivés au château le vendredi soir et la nuit était noire. Nos hôtes nous attendaient autour d’un feu préparé pour notre arrivée.

Nous sommes à Mellionnec, en pays Pourlet, entre le Côtes d’Armor et le Morbihan, au château de Tregarantec.

Après une bonne nuit dans une atmosphère un peu fraiche (je crois que la fatigue de le semaine y était pour beaucoup), nous nous sommes réveillés dans un cadre enchanteur. Après mon thé du matin, j’enfile bottes et manteau (oui, oui sur mon pyjama) et je file me balader dans le parc du château.

Le château au petit matin
Notre gîte

L’ambiance dans le parc est un brin désuète avec ces couleurs automnales. Le sol est jonché de feuilles mortes, les hortensias attendent patiemment que les derniers pétales tombent et je profite d’avoir cet immense parc pour moi toute seule. Celui-ci entre doucement dans un long sommeil hivernal.

Le parc du château

Après cette découverte des alentours, je rentre au gîte et motive tout le monde à s’habiller, direction la balade ! Nos hôtes nous emmènent découvrir les alentours à travers une cueillette de champignons. Au passage, nous croisons cinq cygnes migrateurs en escale pour quelques jours avant de rejoindre le suuuudddd !

Je ne remercierais jamais assez nos hôtes, Noyale et son mari, qui ont été adorables avec nous. Ce fût un plaisir de pouvoir découvrir le château. Les enfants, charmés, ont cherché les passages secrets, les petits trésors des lieux, sous le regard complice de notre hôte. Le château est dans la famille depuis 1819 et plusieurs chantiers de rénovations sont en cours depuis des années. Il faut dire que la bâtisse est immense.

Nous avons dégusté le fruit de notre cueillette pour le déjeuner puis direction une petite balade du côté de l’abbaye de Bon Repos qui a vêtit ses habits d’hiver.

L’abbaye de Bon Repos

Nous rentrons au gîte profiter des rayons du soleil, d’un bon feu et du temps pour nous. Il faut dire que le gîte est plus grand que notre appartement actuel, ce qui nous permet à chacun de retrouver un peu d’espace.

A l’étage

En fin de journée, nous préparons un apéritif dînatoire, j’allume quelques bougies, mon homme le feu, et l’ambiance est au beau fixe pour cette douce soirée d’automne, hors du temps. Tous les quatre.

Le lendemain matin, nous ne prévoyons pas grand chose au programme hormis profiter du gîte et du parc. J’improvise une mini chasse au trésor pour les enfants afin de parcourir les lieux, encore et encore.

Prendre possession des lieux !

Nous quittons tranquillement les lieux le dimanche courant d’après-midi. Je me dis qu’il sera chouette de revenir ici au printemps où une tout autre ambiance régnera.

Le lien vers le gîte ici.

Vivez un week-end à Mellionnec, au château de Tregarantec, en Centre-Bretagne. Une parenthèse hors du temps, au coeur d'un superbe domaine. #Bretagne #Château
Pour votre Pinterest !
Continue reading
port groix
Bretagne, Les plus belles balades en Bretagne, Paysages

18 bonheurs à Groix

Pour ce nouvel article de blog, je vous emmène à Groix. Nous nous y rendons deux fois par an, l’embarcadère se situant à Lorient, où nous avons élu domicile. Cette île est un petit bijou sauvage que nous aurions dû retrouver fin mai en cette année particulière 2020, soit dans quelques jours. Nous avons annulé notre escapade en lien avec la crise sanitaire liée au coronavirus et j’espère pouvoir la retrouver prochainement.

Groix, c’est cette île d’un peu moins de dix kilomètres de long au large de Lorient. Deux mille deux cents “Greks” y vivent à l’année. On appelle les habitants d’Enez Groe (île de Groix en breton) les Groisillons ou encore les “Greks” . Jadis, les marins de Groix avaient le surnom de Greks car quand ils pêchaient sur leurs thôniers, en grands amateurs de café, ils avaient des cafetières émaillées qu’on appelait des greks en breton.

Groix, c’est aussi « l’île aux grenats » Sa géologie est originale et vieille de quatre cent millions d’années, en particulier par l’absence de granite alors que celui-ci abonde sur le continent. Une soixantaine de minéraux ont été décrits sur Groix, certains très beaux et d’autres très rares. Ils confèrent à l’île un patrimoine géologique exceptionnel. Sa richesse en grenats lui a d’ailleurs valu le surnom d’île aux grenats.

Elle est aussi l’ancien premier port thonier de France, ce qui explique que le clocher de l’église s’orne du fameux thon, qui sert de girouette, symbole de cette époque où la pêche thonière prospérait au début du vingtième siècle. Aujourd’hui, ceux-sont les hortensias et les roses trémières qui ornent l’île.

Arriver au port avec une brume de mer

Je crois que c’est clairement le moment que je préfère et le plus précieux. Autant le départ est chargé de tristesse et mélancolie, de plénitude et d’une énergie folle après avoir rechargé les batteries le temps de quelques jours. Autant l’arrivée est synonyme d’espoir. Tout est encore possible et je m’interroge sur ce que va m’offrir Groix au cours des ces prochaines heures ?

Découvrir l’île à vélo

Nous avons arpenté Groix à vélo pendant cinq jours. Départ pour mon homme en TER (train express régional) avec les vélos, les enfants, les sacs à dos, direction ce joli caillou. Je les ai rejoint deux jours plus tard. J’ai effectué ma journée de travail à Lorient et j’ai embarqué en fin de journée pour Groix ! Le BONHEUR !

Photographier les jolies façades de l’île

Tout au long de nos balades à pied ou à vélo, appareil photo à la main, j’ai immortalisé une bonne partie des jolies façades et fenêtres. Elles font définitivement le charme de l’île, comme les belles maisons d’armateurs et le cinéma des familles au fronton arrondi des années 1930, ainsi que les habitations aux façades décorées par des artisans italiens. 

Certaines anciennes maisons ont de magnifiques linteaux aux reflets teintés de bleu-vert, qui ornent des portes ou fenêtres. Il s’agit de glaucophane, une pierre ou minéral que l’ont trouve plutôt dans le sud est de l’Europe (Grèce, Italie). Cette pierre est de toute beauté.

Prendre son ticket pour un tour de manège, vieux de 1910 !

L’ancêtre du pompon !

Régis Masclet a restauré, il y a trente ans, le carrousel en bois fabriqué en 1910. Ce manège est mignon et une roue de tombola officie en guise de pompon, en désignant le gagnant d’un tour gratuit !

Se laisser charmer par Port Lay

Port-Lay est un tout petit port avec ses digues miniatures. Ici, autrefois, la vie maritime fut intense du temps de la conserverie de thons et de sardines. C’est ici que se déroule en partie le FIFIG (Festival international du film insulaire de Groix). J’attendrais avec impatience celle de 2021 !

Prendre la pose

Prendre la pose devant les  phares nommés “balises” de Port-Tudy qui indiquent le chenal à l’entrée du port aux bateaux, à l’image de cet oiseau marin très présent sur l’île comme ses confrères mouettes, hirondelles de mer…

Profiter des fleurs du printemps

Comme dans beaucoup d’îles bretonnes, le printemps est une période idéale pour pouvoir la découvrir en fleurs.

Contempler les bateaux

Groix étant une île, la mer et les bateaux sont omniprésents. J’aime beaucoup les petits voiliers de couleurs sur le port dont les couleurs chatoyantes l’animent. Et ça me donnerait presque envie de passer le permis bateau !

A la recherche des lagurus ovatus

On les appelle aussi les queues de lièvre. Vous les connaissez forcément si vous aimez vous balader sur le littoral breton. J’aime tellement les regarder évoluer au rythme du vent.

Crapahuter à la pointe des chats

A la pointe sud de l’île se trouve le phare des chats, qui doit son nom aux récifs ( que les marins appelaient des « chats »), responsables de nombreux naufrages dans cette zone. Et d’un point de vue géologique (les rochers appartiennent à la réserve naturelle géologique François Le Bail), ce lieu est intéressant car un superbe plateau rocheux aux éclats argentés, tels que des glaucophanes bleus, grenats ou encore micaschistes, est visible à marée basse.

https://www.instagram.com/p/BzXPKcfi3qa/

Regarder par la fenetre

A Groix, il y a ces jolis rideaux en crochets typiques de l’île aux fenêtres.

Profiter de merveilleux couchers de soleil

Notre petit plaisir du soir, parcourir l’île à vélo, l’air est frais et le soleil pare l’île de superbes couleurs aux teintes dorées.

Flâner sur le port de pêche

J’apprécie me promener sur les ports et celui de Groix ne fait pas exception. Vous y trouverez aussi de quoi raviver votre palais avec les fumaisons de Groix (qui n’existait plus depuis un quart de siècle), les conserveries de Groix et nature, ou encore boire un café sur l’une des terrasses de café du port.

Se rendre à la pointe de Pen-Men

Le bout de l’île reste un de mes coins préférés car il est encore plutôt sauvage avec ses landes littorales, ses falaises abruptes. Et surtout il s’y trouve le phare de Pen Men !

Admirer l’horizon

Et s’enthousiasmer d’apercevoir Lorient au loin…

Descendre vers le port St Nicolas

Le petit port naturel de St-Nicolas offre un abri naturel et/ou escale à ceux et celles qui en ont la nécessité. Situé dans un profond vallon, il domine une ria à double entrée. La pente est raide pour y accéder mais le petit effort vaut le coup.

Découvrir la plage Convexe

La célèbre plage convexe, qui est également la pus grande d’Europe avec ses 800 mètres, se déplace au fil des années, à savoir de plusieurs centaines de mètres dans la seconde moitié du XXe siècle.  Elle est vraiment superbe avec son sable fin. Le paysage change à chaque instant au gré de la météo.

https://www.instagram.com/p/B03Fx5MC6HI/

« Qui voit Groix voit sa croix », affirme un proverbe marin. « Qui voit Groix voit sa joie », a prédit avec plus de douceur Chateaubriand . 

Mémoires d’outre-tombe – Chateaubriand.

Poursuivre la balade

Depuis quelques années, je lis les ouvrages de Lorraine Fouchet. “Entre ciel et Lou” est le premier que j’ai découvert et j’apprécie son attachement à la belle île de Groix, qu’elle décrit si bien !

https://www.instagram.com/p/Blf8HJ3DgnI/

Et vous, c’est quoi votre petit bonheur à Groix ?

Que voir à Groix
Pour votre Pinterest !
Continue reading
Bretagne, Les plus belles balades en Bretagne, Patrimoines et traditions

Chapelles, fontaines et collines sacrées du centre du Morbihan

En cette période de déconfinement, je n’ai pas très envie de me mêler à la foule et j’ai donc tardivement foulé le sable breton. J’en profite pour parcourir des lieux plus intimistes en Bretagne, comme la balade que je vous présente aujourd’hui dans le centre Morbihan. L’objectif de notre escapade était d’aller voir la chapelle Saint-Gildas. J’étais impatiente et le fait qu’elle soit prise dans la roche me rendait bien curieuse ! Et sur la route, nous avons croisé bien d’autres chapelles, fontaines et collines sacrées.

Les sept collines sacrées de Bretagne

Je n’avais jamais entendu parler de ces sept collines sacrées. j’ai donc appelé celui qui est souvent une source précieuse de connaissances sur l’histoire de la Bretagne pour moi : mon père. Et lui non plus n’en avait jamais entendu parler. Après quelques recherches, je comprends qu’il s’agit d’une appellation très ancienne, datant de l’ancienne Armorique.

Il existait donc sept collines sacrées dans l’ancienne Armorique composés (tenez-vous bien) du mont Saint-Michel (oui, oui le très célèbre mont quand il était encore en Bretagne), le mont Dol, le Menez Bel-Air, le mont St-Michel de Brasparts, le Menez Bré, le Mané Gwen et le Ménez-Hom.

Mont-Saint-Michel-de-Brasparts
Mont St-Michel de Brasparts

Il s’agissait de “montagnes sacrées“, dominant la terre bretonne d’ouest en est, où les Druides célébraient les solstices et autres grandes fêtes selon la tradition celte (d’immenses brasiers brillants au sommet des sept collines, des danses et des chants, au fil des saisons…). Puis, certaines de ces collines ont été christianisées par l’édification de chapelles ou églises.

Je vous raconte tout cela car je suis montée au pied de l’une d’entre elle au cours de notre balade, à savoir le Mané-Guen à Guénin.

Le Mané-Guen, la montagne blanche

Nous arrivons tout d’abord à Notre-dame de Manéguen, une jolie petite chapelle, datant de 1577, et blottie dans son écrin de verdure.

Chapelle Notre-Dame de Manéguen

La colline sacrée du Manéguen, “montagne blanche” en breton, culmine à 155 mètres. Tout près de la chapelle, un chemin baptisé “le circuit de la colline sacrée” mène à une autre chapelle dédiée à St-Michel. Comme souvent en Bretagne, les autorités catholiques ont édifié une chapelle au sommet de la petite montagne, où se mêlent aujourd’hui les croyances celtes et chrétiennes.

Chapelle St Michel Morbihan
Chapelle St Michel

Une fois arrivés à St-Michel, la vue est très belle sur la vallée du Blavet et nous continuons le chemin qui sillonne un espace couvert de lande et d’ajoncs. Nous nous retrouvons nez à nez avec un jeune chevreuil en plein milieu d’après-midi.

Nous arrivons ainsi à la dite « pierre du sacrifice ». Celle-ci est assez imposante et creusée de petits bassins. Certains évoquent le fait qu’il pourrait s’agir d’un autel druidique, creusé par l’homme pour des rituels. D’autres considèrent plutôt que ces bassins sont le résultat du temps et donc l’érosion. Il y a même un pardon chaque troisième dimanche de juillet dans les landes du Mané-Guen suivi d’un fest-noz.

La pierre sacrificielle du Mané-Guen

Nous reprenons la route vers la chapelle St-Gildas et nous nous arrêtons à la chapelle St-Nicodème.

La chapelle Saint-Nicodème et ses quatre fontaines

Située sur la commune de Pluméliau, la chapelle, datant de 1530, se repère de loin avec son clocher haut de 46 mètres. La particularité de cette chapelle réside en le fait qu’elle a une première fontaine composée de trois bassins, un pour chaque saint (Saint-Nicodème, Saint-Gamaliel et Saint-Abibon), et une autre fontaine, ce qui fait quatre en tout.

Les quatre fontaines de St-Nicodème
St Nicodème

La chapelle St-Gildas de Bieuzy

Nous arrivons enfin à la chapelle St Gildas que je souhaitais voir depuis longtemps. Je pense qu’avec la chapelle Ste-Barbe du Faouët, c’est aujourd’hui une de mes chapelles préférées du Morbihan.

Chapelle St Gildas de Bieuzy

Datant du 16e s, elle est construite sous un énorme rocher de granit, au bord de la rivière du Blavet. La légende (car il y a toujours une légende en Bretagne) raconte que c’est ici, dans cette grotte naturelle que St Gildas et St Bieuzy s’installa au 6e siècle à leur arrivée de Grande-Bretagne et y auraient trouvé refuge.

Le destin tragique et miraculeux de St-Bieuzy

St Bieuzy, le disciple de St-Gildas, a eu un destin tragique (comme pléthore de saints vous me direz), tenant également du miracle : lors d’une messe, un valet demande à Bieuzy d’interrompre celle-ci pour aller guérir la meute des chiens de son maître, atteinte de rage. St-Bieuzy a refusé, souhaitant terminer son office. Le seigneur breton, très en colère, se déplaça lui-même et fendit le crâne du prêtre avec un objet tranchant qui y resta planté. Selon la légende, St Bieuzy eu la force de terminer sa messe et parcourut quatre-vingt kilomètres jusqu’à l’abbaye de Rhuys afin de bénéficier d’une ultime bénédiction de la part de son maître St-Gildas.

Je la trouve impressionnante d’un point de vue architecturale.

Cette chapelle semi-troglodytique était fermée le jour de mon passage mais il se trouve à l’intérieur une pierre sonnante en granite d’un mètre de long. On la dit sonnante car le simple fait de la frapper à l’aide d’un morceau de roche dure produit un son fort et métallique (ressemblant à celui d’une enclume de forgeron), qui servait notamment de cloche à St-Gildas pour appeler ses fidèles. Enfin, une source jaillit sous la roche. On lui prêtait des vertus favorisant la maternité.

Chapelle St-Gldas de Bieuzy

Cet article ne constitue pas une liste exhaustive des chapelles et fontaines à découvrir dans le centre du Morbihan. N’hésitez pas à nous conseiller une autre pépite en commentaire !

chapelles-fontaines-collines sacrees-Morbihan
Pour votre Pinterest !
Continue reading
Bretagne, Les plus belles balades en Bretagne, Paysages

24 balades en Bretagne, les pieds “presque” dans l’eau” !

A l’occasion du premier jour du mois de mai, je vous propose des idées de randonnées et balades en Bretagne, où l’eau est présente (et il n’y a pas que du bord de mer !). Il va de soi que cette sélection n’est pas exhaustive et uniquement basée sur des balades que j’ai effectué et une sélection très personnelle ! Cet article participe au rdv #EnFranceAussi initié par Sylvie du blog Le coin des voyageurs et porté ce mois d’avril par Sylvie et Mitchka du blog Fishandchild sur le thème « Balades au bord de l’eau ».

***

Les balades au bord de l’eau les plus célèbres

Belle-Île-en-mer  (56)

Je frappe très fort en vous suggérant la sublime île de Belle-île-en-mer. La plus grand des îles du Ponant offre de magnifiques points de vue. Il y a vraiment matière à se régaler ! Direction le port de Sauzon, la pointe des Poulains et le fort de Sarah Bernhardt qui surplombe de jolies criques et d’autres jolies merveilles.

Le Bono (56)

Au départ du Bono et de son célèbre vieux pont suspendu, il existe un certain nombre de départs de sentiers accessibles en famille. Le Bono est une petite commune cachée dans une anse du Sal, la rivière rejoignant les eaux de celle d’Auray. J’aime beaucoup me promener dans ce coin.

L’île de Bréhat (22)

Vous allez me dire encore une île ! Et bien oui ! Et celle-ci vaut vraiment le coup d’œil, surtout au printemps.En effet, le Gulf Stream assure un micro climat et il y gèle rarement ce qui permet donc une profusion de variétés de plantes.

L’île est tout petite (3.5 kms de long sur 1.5 kms de large) et offre un magnifique point de vue sur un archipel de 86 ilôts. Les randonnées y sont très faciles et accessibles à une famille de bons marcheurs !

St-Cado (56)

Ce petit bijou morbihannais est mon petit coin secret d’automne ou d’hiver (qui ne l’est plus du tout aux beaux jours !). C’est également une île minuscule qui est relié au continent par un petit pont en pierre. Et la balade est très belle sur et autour de St-cado, par tous les temps !

St Cado

***

Les plus secrètes

L’île de Tascon (56)

Il s’agit effectivement d’une nouvelle île pour cette sélection. Elle est un peu plus grande que St-Cado. Vous y accédez par une route submersible et l’île fait partie de la commune de St-Armel. Les alentours offrent des paysages de plages, criques, campagnes et marais salants.

Sur la route de l’île de Tascon

L’estuaire du Trieux (22)

Au départ du manoir de Traou-Nez (la Maison de l’Estuaire), il y a de belles balades à effectuer en bord de Trieux.  Le manoir domine le Trieux, la rivière soumise à marée à l’image des Abers dans le Finistère ou des rias dans le sud Bretagne (la mer y pénètre et s’y retire deux fois par jour). Je vous suggère la vue depuis le gîte de Coat Ermit avec un sublime point de vue sur le château de la Roche Jagu.

La chemin des moulins (22)

Il ne s’agit en aucun cas d’une appellation officielle mais plutôt celle que je lui donne. En prenant un chemin dans le hameau de St-Jacques à Tremeven dans les Côtes d’Armor, non loin de la rivière (le Leff), vous découvrirez le moulin de Dossen et le moulin du Droël. Jolie balade bucolique et tranquille garantie !

***

Les plus géologiques

Le sillon de Talbert (22)

D’un point de vue géologique, le sillon est une curiosité qui vaut le coup d’œil ! Il s’agit d’une avancée naturelle dans la mer (également appelée flèche littorale) d’environ trois kilomètres de long composée de sable et galets. Le coin est superbe pour de belles balades ! Sa taille importante en fait l’un des plus grands cordons de galets littoraux d’Europe.

Sillon de Talbert
Le sillon de Talbert
sillon de Talbert

Le sillon vu du ciel. Source : http://www.conservatoire-du-littoral.fr/

L’île de Groix (56)

Groix, c’est une petite île du Morbihan qui porte aussi le doux nom « d’île aux grenats » (richesse en grenats). En effet, sa géologie est singulière et ancienne de quatre cent millions d’années. Une soixantaine de minéraux ont été décrits sur l’île, ce qui lui décerne un patrimoine géologique exceptionnel. L’île offre de nombreuses balades et randonnées.

***

Les plus venteuses

Du côté de Piriac (44)

Nous avons découvert Piriac l’été dernier et c’est un petit coin de Bretagne paisible que j’ai beaucoup aimé. La côte est assez sauvage et offre de belles balades.

Du port de Doëlan au Pouldu (29)

Doëlan c’est un port et deux phares. L’un est blanc et rouge et s’appelle l’amont, l’autre est blanc et vert, et on le surnomme l’aval. Le point de départ de cette randonnée se fait du port et permet de rejoindre la commune du Pouldu, en longeant la mer.

Le phare de la pointe St-Mathieu (29)

J’ai découvert ce phare et les ruines de l’abbaye édifiée au XI° siècle, classée monument historique, il y a quelques années.  Le phare a été mis en service en 1835, en remplacement du premier feu bâti dans le clocher de l’abbaye. Il domine la mer d’Iroise et a la singularité d’être bicolore. Il existe un certain nombre de randonnées à effectuer tout le long de cette côte magnifique et sauvage. Se balader sur cette pointe, c’est aussi l’occasion d’apercevoir des postiers bretons (massifs chevaux de traits bretons).

idée week-end en famille en Finistère

Le sentier des falaises de Plouha (22)

Le site vaut le détour pour l’altitude (des falaises culminant à 104 mètres de haut), les superbes points de vue sur la côte et la flore. Passage obligé vers Gwin Zegal, l’un des deux derniers ports à pieux de bois de Bretagne,la Plage Bonaparte où parait-il 135 aviateurs alliés furent évacués, les plages de Port-Moguer, dont la digue en granit rose cisaille le fond de la vallée et offre un rare abri contre les vents du large, la Pointe du Minardet et même l’île de Bréhat !

Se balader de Lorient à Guidel (56)

Cette côte est très belle et à quelques kilomètres de chez moi. Pour ma part, j’aime aller jusqu’à Fort Bloqué, y laisser ma voiture et marcher le long du front de mer jusqu’à Guidel. Il est aussi possible de partir de Lorient à vélo !

50 experiences a vivre en Bretagne

***

Les plus sauvages

Le pays des Abers (29)

Je vous emmène dans l’un des lieux les plus préservés de Bretagne : la côte du Pays des Abers dans le nord Finistère. Il y existe de nombreux sentiers côtiers et c’est l’occasion d’y admirer un joli point de vue sur le phare de l’île Vierge., pour de belles balades entre terre et mer !

Randonner au Cap d’Erquy (22)

Le cap d’Erquy, c’est des falaises et rochers de grès rose, une lande sauvage, un bois de pins, des dunes. C’est aussi une mer d’émeraude où le glaz prédomine suivant les moments de la journée. La balade peut s’effectuer au départ du port où se trouve un escalier.

visiter Frehel Erquy et Pleneuf Val Andre
Cap Erquy

La pointe du raz (29)

Ce lieu est aussi célèbre (et touristique) que sauvage et chargé de légendes et histoires de mer en tout genre. J’aime beaucoup m’y rendre en fin de journée pour apercevoir le coucher du soleil et profiter du calme du site.

50 experiences a vivre en Bretagne
La pointe du Raz

***

Les plus vertes

La velodyssée entre Morlaix et Carhaix (29)

Il y a quelques années, nous avons réalisé un bout de vélodyssée en famille entre Morlaix et Scrignac. Au départ de Morlaix, c’est l’occasion de (re)découvrir la cité portuaire et ses vieilles ruelles et venelles. Ensuite, vous déroulez la paisible voie verte jusqu’à Carhaix !

Le chemin de halage au départ de Léhon dans les Côtes d’Armor  (22)

Léhon c’st une petite cité de caractère à proximité de Dinan. Les balades le long du chemin de halage sont charmantes avec ses écluses et maisons éclusières. L’occasion de prévoir une journée, pique-nique/vélo ! Su votre chemin, vous apercevrez l’abbaye Saint-Magloire, les ruines du château et les maisons avec leurs corniches moulurées et leurs linteaux sculptés.

Sentiers méconnus : trois balades dans l'Ouest
L’abbaye Ste-Magloire à Léhon

Huelgoat (29)

Un joli pays de légendes pour de belles balades en pleine foret parsemé d’immenses rochers dont une des légendes indique qu’un conflit entre géants à coup de gros rochers serait à l’origine du « ménage de la vierge ». C’est aussi l’occasion de flâner entre les rochers, en forêt et tenter de faire bouger la roche tremblante !

La roche tremblante

***

Les plus marécageuses

Le yeun Elez (29)

J’aime tellement ce coin de Bretagne qu’est le centre Bretagne. Il existe de belles randonnées autour de la chapelle St-Michel de Brasparts, à deux pas du Yeun Elez, les portes e l’enfer. La lande y est très belle et atypique, changeant au fil des saisons ou de la météo.

L’abbaye de Beauport (22)

L’anse de Beauport se situe à côté de Paimpol dans les Côtes d’Armor. Elle offre un superbe paysage maritime et un ensemble monastique sur près de 120 hectares, entre mer et forêt, datant du 13ème siècle. Cette abbaye maritime est magnifique et le paysage qui l’encercle offre falaises, grève rocheuse, marais, prés-salés et landes.

Le marais de Lasné à St-Armel (56)

Non loin de St-Armel et donc de l’île de Tascon dont j’ai parlé plus haut, il existe des marais salants et des bassins d’ostréiculture. Dans la reste des maais, le site est conservé nature afin d’être une zone de tranquillité pour la faune sauvage et en particulier pour les oiseaux.

Le moulin à marée de Quinard

Du côté de St-Jouan-des-Guérets près de St-Malo, vous pourrez admirer le moulin de Quinard. Il s’agit d’une balade sur les bords de la Rance à la découverte des moulins à marée et de châteaux qui jalonnent le parcours soumis aux marées.

le moulin de Quinard
Le moulin de Quinard

***

Cet article participe au RDV #EnFranceAussi.

logo enfranceaussi
24 balades au bord de l'eau en Bretagne
24 balades en Bretagne au bord de l’eau » ! #Bretagne
Continue reading
Dans ma capsule

Dans ma capsule #3

Parait-il que nous sommes à la fin de cette 5ème de confinement. C’est aussi la 3ème capsule, après la n°1 et la n°2. C’est dur, les enfants tournent en rond, il va falloir reprendre l’école à la maison, j’ai du travail par dessus la tête avec des situations de personnes à accompagner qui sont problématiques et d’une tristesse absolue.

Comme j’aime voir le verre à moitié plein, je vous livre la liste de ce qui me nourrit, me permet de supporter cette période côté films et musiques.

Côté musique

J’écoute beaucoup de musique en ce moment, bien plus que d’habitude et cela me fait le plus grand bien :

Le dernier album d’Agnès Obel – Myopia

L’album “L’an 40” de Jeanne Cherhal

Toute la musique de Glenn Miller, je suis fan, fan, fan

https://www.youtube.com/watch?v=G4J6SOXXU_Y

L’album Chambre avec vue d’Henri Salvador

La très chouette BO de La la Land

Des films et un confinement…

Alors, il y a les films que je n’avais pas encore eu le temps de voir et il y a ceux que je regarde encore et encore pour diverses raisons. J’y prends un plaisir insoupçonné et je les vis presque comme si c’était la première fois. Je pense vraiment qu’il est bénéfique de retourner se blottir au sein de ce qu’on connait déjà. Cela me sécurise en cette période où tout semble nous lâcher, le sol se dérobe sous nos pieds.

Chambre 212

Ce film est une pépite, les dialogues sont drôles, je le regarde sans fin. Et la BO est tout aussi parfaite !

Dan in real life

Loin d’être un grand film, mais bon pour ma santé mentale car léger à souhait !

It must be heaven

Un film palestinien ovni, touchant, quasiment sans texte et drôle ! Une belle découverte.

https://www.youtube.com/watch?v=RYSKzDiUGdk

The lighthouse

Mon père étant gardien de phare, j’avais très envie de le voir. C’st clairement un ovni et je ne saurais vous dire si je l’ai aimé ou pas. les acteurs sont au top, ce noir et blanc est sublime, le rythme est lancinant et la folie atteint son paroxysme à la fin du film. Parfois ennuyeux, parfois malaisant, assez radical, allez vous faire votre idée !

Gemma Bovery

Mme Bovary étant mon livre préféré, j’aime beaucoup cette adaptation tirée d’une chouette bande-dessinée.

Un monde plus grand

J’avais très envie de le voir à sa sortie. Finalement, il se regarde bien sans grand coup de coeur. Par contre, il m’a donné envie de lire le livre car tiré d’une histoire vraie “Mon initiation chez les Chamanes” de Corine Sombrun.

L’amour flou

Romane Bohringer et Philippe Rebbot racontent leur histoire, celle de leur séparation après dix ans de vie commune. C’est drôle et rafraîchissant.

De nouvelles idées à me suggérer ?

Je ne sais pas ce que vous attendez de cette sortie de crise. Pour ma part, pas de grandes envies de voyage ou autre, simplement retrouver ma vie d’avant. Et j’ai bien conscience que ce n’est pas pour tout de suite.

Prenez soin de vous !

Continue reading
50 experiences a vivre en Bretagne
Lectures

Mes lectures estivales

L’été 2019 est déjà loin et le prochain été arrive doucement. Ce brouillon traîne depuis des mois dans mes brouillons et je profite du temps qui m’est imparti pour vous présenter mes lectures estivales.

Et depuis l’été dernier, il y a eu des bandes-dessinées. Et depuis, de nombreuses bandes-dessines ont intégré mes étagères, pour mon grand plus bonheur !

“Lettres à Guillaume Apollinaire” Louise de Coligny-Chatillon dite Lou

” Mon petit amour chéri, je suis rentrée affreusement triste hier soir après avoir regardé ton train aussi longtemps que j’ai pu le voir…et je sais bien mon Gui à moi que tu as eu le même atroce déchirement…je ne le sais que trop… “

Une lecture estivale imprévue mise entre mes mains par une amie, quelques jours avant le départ. Littéralement avalée, en quelques heures 💗

Un échange épistolaire où Lou témoigne explicitement de ses désirs et ses émotions. Louise de Coligny-Chatillon, dite Lou, a été l’amante, l’amoureuse, la muse (appelez-là comme vous voudrez) d’Apollinaire. Une relation brève, intense et torride. En résulte ces lettres qui témoignent d’une certaine actualité, le tout dans un contexte de première guerre mondiale. J’ai adoré cette correspondance épistolaire, me donnant très envie de découvrir maintenant “Les lettres à Lou”.

♡ ♡ ♡

“Gemma Bovery” Posy Simmonds

“En arrivant à Bailleville, j’ai garé le van dans l’allée et j’ai marché jusqu’à la maison. Je voulais lui faire une surprise. Il faisait chaud et toutes les portes étaient ouvertes. J’ai entendu du bruit.”

J’ai vu le film éponyme avec Luchini il y a quelques années. Mme Bovary de Flaubert, est l’un de mes romans préférés et j’ai trouvé cette adaptation plutôt bien réussit. Jusqu’à ce que je découvre qu’il s’agissait d’une bande-dessinée ! Elle a tout d’abord été publiée hebdomadairement de 1997 à 1999 dans le journal The Guardian avant de devenir un album.  

Un régal qui va rejoindre ma bibliothèque prochainement. 💗

♡ ♡ ♡

“Le dimanche des mères” Graham Swift

“Il s’assit sur le lit à côté d’elle. Il lui passa la main sur le ventre comme pour enlever une poussière invisible, il y posa ensuite le cendrier et le briquet, garda l’étui à la main, en sortir deux cigarettes, en glissa une entre ses lèvres qui s’offraient en une lippe boudeuse.

A l’occasion du dimanche des mères, jour où les aristocrates donnent congé à leurs domestiques, Jane, femme de chambre, passe la journée avec son amant de longue date, pour un dernier rendez-vous. Je l’ai également dévoré en quelques heures… 💗 L’action n’est pas présente. Pour autant, le format court permet de ne pas s’essouffler et d’atteindre le dénouement avec délectation. Si vous aimez l’ambiance Downton abbey, ce roman est pour vous !

♡ ♡ ♡

“Tout ce que tu vas vivre” Lorraine Fouchet

“Tout ce qui vit meurt un jour, Dom. C’est pour ça qu’il faut profiter de chaque seconde. Les docteurs offrent seulement du temps en plus.” .

Je l’ai terminé en quelques heures et comme tous les ouvrages de Lorraine Fouchet, je l’ai adoré. La part belle à Groix, un peu de Lorient, l’Amérique du sud et beaucoup d’amour dans ce livre. Une lecture qui sent bon l’iode et le sel marin.

♡ ♡ ♡

“Il est grand temps de rallumer les étoiles” Virginie Grimaldi

” J’ai dit qu’il faudrait d’abord m’éradiquer moi, c’était hors de question qu’on tue mes poux, s’ils avaient choisi ma tête, ce n’était pas par hasard, je devais les protéger. ”

Anna, le personnage principal a mon âge et deux grandes filles à élever. Et comme le titre l’indique, elle les embarque en escapade en camping-car car “Il est grand temps de rallumer les étoiles”. Il s’agit du premier ouvrage de Virginie Grimaldi que je lis, c’est savoureux et une lecture idéale pour ce début de vacances  !

♡ ♡ ♡

“Le jour où elle a pris son envol” .

Une BD feel good qui se lit en quelques heures, axée développement personnel où l’héroïne, Clémentine cherche son chemin de vie à travers des rencontres inspirantes

♡ ♡ ♡

“California Dreamin’ ” de Penelope Bagieu

“Ellen Cohen rêve de devenir chanteuse. Sa voix est incroyable, sa personnalité aussi excentrique qu’attachante, son besoin d’amour inextinguible. A l’aube des années 60, elle quitte Baltimore pour échapper à son avenir de vendeuse de pastrami et tenter sa chance à New York.”

J’ai lu ce roman graphique il y a quelques mois et je récidive tellement je l’ai aimé 💗 New York, de la musique, des fêtes, de la drogue, de l’amour, des désillusions et de l’ espoir…

♡ ♡ ♡

Vous connaissez certains de ces ouvrages ?

Continue reading
Le Pere Jaouen cure des mers
Belles rencontres, Bretagne, En France Aussi

Sur les pas du Père Jaouen, le curé des mers

L’été 2016, j’ai eu le bonheur de vivre le départ d’une des étapes du Tour du Finistère à la voile à bord d’un bateau à l’Aber Wrac’h. Cette escapade dans le nord Finistère a aussi été l’occasion de faire une belle rencontre.

Il est impossible de passer à l’Aber Wrac’h sans marcher sur les pas du feu Père Jaouen, figure locale incontournable. J’ai décidé de redonner un coup de frais à cet article et le publier à nouveau à l’occasion du rdv #EnFranceAussi initié par Sylvie du blog Le coin des voyageurs et porté ce mois d’avril par les copines du blog  1916 kilomètres sur le thème “Un portrait, une rencontre”.

Continue reading

Nos coups de cœur !

Redonner au temps son épaisseur

Il y a eu la dernière fois où j’ai donné des nouvelles.

De l'Île Rousse à Calvi

7h   Je me réveille au son des vagues (et de mon réveil aussi, mais c’est déjà un peu moins glamour non ?). Nous avons un train de l’Île...