Actualité 

Depuis 2015, je trouve que l’actualité déborde, dégorge d’horreurs se passant tout autour du monde.

Des pays dévastés par Dame Nature comme le Népal mais aussi des pays ravagés par l’homme et sa folie comme l’actualité nous en témoigne chaque jour (Syrie, Centrafrique, …).

Une fois le tri fait dans toutes ces informations, un constat navrant : ma place de privilégiée.

Et puis ces dernières semaines, l’horreur et la misère issues de la guerre, aux portes de l’Europe.

J’ai des difficultés à parler d’actualités sur le blog car je trouve que ce n’est pas ma place, ni mon rôle, ou encore le rôle que je dois endosser. Je n’ai pas créé ce blog dans ce but. 

Ma vie en ligne n’a rien à voir avec mes opinions politiques et mes indignations. 

Pour autant, il m’est compliqué de faire l’autruche, d’alimenter ce blog comme si de rien n’était :

« j’ai visité ce superbe pays avec des gens sympas,… «  (je grossis le trait forcément !). 

Ne pas déborder sur des opinions politiques. Mais ici, en l’occurrence, il ne s’agit plus d’opinion politique selon moi !

J’ai été effarée devant les restes de ce mur à Berlin dont je vous avais parlé sur le blog. Et je m’étais même dit :

Lieu surprenant malgré tout ce que l’on peut en connaitre.

Comment un ou des hommes ont-ils pu avoir une idée pareille ? Comment a-t-elle pu être mise en place concrètement ? Comment tant de personnes ont accepté de vivre avec ?

Un nouveau mur se dresse en ce moment au cœur de l’Europe par un pays, la Hongrie. il y a 26 ans, ce même pays a laissé des milliers d’Allemands de l’Est fuyant vers l’Ouest passer leurs frontières. L’histoire semble se rejouer, sans cesse. Elle bégaye même. 

L’idée n’est pas de juger mais de tenter de comprendre cette dissonance.

Tout n’est pas à jeter, à condamner. Des bénévoles de toutes nationalités s’affairent aujourd’hui pour tenter d’alléger le long périple de ces milliers de personnes.

Excusez la naïveté de mon propos, mais que dire d’autre ? 

Cela ne m’empêche pas de continuer à parler ici de pays que j’ai apprécié traverser. 

Mais comment ne pas tomber dans le cliché du blog de voyage qui fait rêver, qui est complètement décalé avec l’évolution des pays, le monde qui l’entoure ?

Tout est loin d’être rose ici, comme ailleurs. Et pour autant, avec un blog s’appelant « Jolis Voyages », je ne peux QUE parler de jolis voyages ? Ne suis-je pas déjà dans le cliché ?

Ouvrir la boîte de Pandor ? 

L’expression tombe à point nommé.

Comment ne pas paraître « à côté », insensible à ce qui nous entoure sans être une énième coupure de presse ?

Comment ne pas enfermer un pays dans des cases pleine de clichés tout aussi durs à gommer ?

Un pays, sa population, son histoire et son futur sont à mille visages. 

Le voyage, c’est aller à la rencontre des hommes et des femmes dont le quotidien, la pensée, la culture, risquent fort d’être chamboulés dans les prochaines années par un monde mouvant. 

J’ai honte de me sentir si impuissante face à tous ces événements. J’ai même parfois la nausée. 

Je tenais à partager ces pensées avec vous. 

Belle journée !