Deux jours sur la vélodyssée entre Morlaix et Scrignac

Deuxième volet de notre bzh tour, nous voici à Morlaix (lors du premier, je vous ai fait découvrir un petit bout des Monts d’Arrée, à deux pas des portes de l’Enfer).

Morlaix : ses collines, ses vieilles maisons et son viaduc

La ville de Morlaix vaut bien plus que le détour si vous êtes de passage dans le Finistère. La première fois que j’ai entendu parler de Morlaix, j’étais directrice de séjour de vacances pour personnes en situation de handicap. L’une d’elles passait son temps à déclarer « Je veux renter à Morlaix ! » avec un accent finistérien dont je me souviendrais toujours ! Elle m’appelait aussi « Mignonne« , petit sobriquet courant par ici. 

Si vous avez déjà emprunté la ligne Paris/Brest ou Rennes/Brest, vous êtes forcément passé sur le viaduc de Morlaix, permettant de franchir la rivière à 58 mètres de hauteur. Être au pied est tout aussi impressionnant. Finalisé en 1863, cet ouvrage d’art mesure 292 mètres de long. Le premier étage est ouvert au public et permet de charmants points de vue sur la ville. Une balade agréable avec les enfants 🙂

la vélodyssée entre Morlaix et Scrignac

la vélodyssée entre Morlaix et Scrignac

la vélodyssée entre Morlaix et Scrignac

Au-delà de la cité portuaire, Morlaix regorge de petits trésors architecturaux à découvrir en vous perdant dans les vieilles ruelles et venelles de la ville. 

la vélodyssée entre Morlaix et Scrignac

la vélodyssée entre Morlaix et Scrignac

Après avoir passé la matinée à flâner dans les ruelles pittoresques, nous retrouvons Yannick Le Fur à l’office de tourisme (elle se situe dans la Maison Pénanault, ancien manoir datant du 16ème siècle, un bijou !). J’ai préparé notre séjour en suivant les conseils précieux de Yannick lors de nos échanges par mails. Il nous a réservé deux VTC, une charrette et un porte-enfant. Le matériel est prêt et nous attend patiemment.

Qu’est ce que la vélodyssée ?

La Vélodyssée traverse la Bretagne et longe l’Atlantique jusqu’à la Côte basque au cours d’un périple de plus de 1200 km de cyclotourisme avec l’océan en arrière plan, au départ de Roscoff direction Hendaye.

Notre parcours ?

Notre étape comporte 26,5 kms et emprunte une ancienne voie de chemin de fer devenue voie verte. Un parcours ombragé au cœur des Monts d’Arrée. 

vacances été 2016

Après installation des enfants et nous être équipés, nous quittons l’office de tourisme. Nous passons par le centre, quittons le centre par la route de Callac pour rallier la voie verte (il est possible de la rejoindre plus rapidement mais c’est sans compter une ascension qui pourrait en décourager plus d’un, nous par exemple !). Juste après un petit pont de pierre, nous rejoignons le chemin sur la gauche.

L’étape se fait généralement en 2h30. Nous avons mis 5h ! La première heure, nous n’avons pas beaucoup pédalé entre un pipi, quelques prises de vues avec mon appareil photo, quelques photographies pour les réseaux sociaux, un autre pipi, un doudou tombé, une envie de sucette…

« Ho ! Regarde la rivière »,

« Je veux aller sur le siège avec Maman »,

« Je veux retourner avec mon frère dans la charrette »

… et j’en passe ! 🙂

la vélodyssée entre Morlaix et Scrignac

Après avoir bien pris notre temps et quelques kilomètres plus tard, nous effectuons une pause goûter sur un banc. Il donne sur une descente de quelques mètres vers un cours d’eau. J’entreprends de changer mon fils sur le banc, il gesticule et glisse, je le rattrape de justesse par le pied droit. Réinstallé sur l’assise, il se tient à carreaux après avoir été suspendu par le pied au dessus du vide.

la vélodyssée entre Morlaix et Scrignac

Nous reprenons la route pour entamer la partie la plus difficile du parcours. En effet, la voie est légèrement vallonnée (en montée sur 13 kilomètres) mais bien assez pour nos petits mollets de sportifs du dimanche, de cyclistes débutants. Le faux plat a raison de mon homme qui traîne la charrette à grosses gouttes. Je pense qu’à ce moment, il maudit cette expérience saugrenue, je prends la poudre d’escampette et file avec mon vélo (sans enfant, oui je suis un être horrible ! En réalité, il crachine encore et les petits loups étaient bien mieux sous la capote 🙂 ).

Tout à coup, sur ma droite se dessine la gare de Kermeur. Je m’arrête là, décidant d’attendre patiemment mon cher et tendre. Cette gare est complètement abandonnée et vidée. L’ambiance y est très particulière. Pour information, il y a un point d’eau et des WC.

la vélodyssée entre Morlaix et Scrignac

Mon conjoint me rejoint au bout de quelques minutes. Confiant, il me dit qu’il nous reste une dizaine de kilomètres avec un parcours plus abordable d’après les conseils de Franck, le gérant du gîte.

Nous reprenons donc la route voyant l’heure avancer.

Effectivement, la route est bien meilleure et c’est un bonheur toutes ces descentes ! Motivés, nous effectuons cette dizaine de kilomètres bien plus rapidement que les dix précédents.

Nous arrivons au gîte vers 18h15, fatigués mais heureux et soulagés d’en avoir terminé pour aujourd’hui (oui mais on recommence demain !).

Hébergement sur la route

Le gîte Etape de la gare à Scrignac

Nous arrivons donc à Scrignac, bourg culminant à 210 mètres sur une petite colline. Notre gîte Étape se trouve dans l’ancienne gare. Complètement rénovée, elle permet une offre d’hébergement à la nuitée, idéale pour les personnes parcourant la vélodyssée. 

Franck et Christine nous accueillent. Ce soir, nous occupons le gîte avec un groupe de huit personnes. L’école Diwan a installée ses roulottes pour la nuit auprès de la gare.

la vélodyssée entre Morlaix et Scrignac

Informations pratiques :

Le gîte est géré par la Communauté de Communes des Monts d’Arrée.

Les tarifs à la nuitée sont de 19 euros (tous les détails sur le site web). 

Le linge de lit et les serviettes de toilette sont en location. Il est possible de préparer les repas sur place (ce que nous avons fait) ou de bénéficier d’une petite restauration.

la vélodyssée entre Morlaix et Scrignac

Prix des repas : 13 euros le repas, 6 euros le petit-déjeuner, 8 euros le repas enfant à partir de 4 ans, 6 euros le pique-nique. Des boissons non alcoolisées chaudes et froides sont servies pour 2 euros et il est possible de laver du linge. Les chambres sont occupés au maximum de trois personnes. Il nous a été permis d’installer un lit parapluie (mis à disposition par le gîte) pour notre fils dans la chambre.

Après notre installation, nous retrouvons donc Franck, le gérant du gîte, qui rit de notre récit et nous avoue avoir surnommé ce tronçon de faux plat « le sélectif ». Il nous explique que s’il est compliqué pour un cycliste de faire cette étape, la suite sera complexe sans entraînement. On est bien d’accord !!!!

Nous passons la soirée avec d’autres cyclistes. Nous débriefons sur les difficultés rencontrées ou non lors du parcours. L’ambiance est conviviale. Les enfants ne se font pas prier pour dormir ce soir, pour notre plus grand bonheur.

Levés vers huit heures, Franck nous sert notre petit déjeuner composé de thé/café, pain frais, confiture maison, yaourt et jus de fruit. Après avoir repris des forces, nous ramassons nos affaires et quittons le gîte sur nos engins vers 9h30. N’ayant pas prévu de pique-nique, nous espérons arriver sur Morlaix en début d’après-midi au plus tard.

Les enfants sont briffés !  Une seule pause à la gare de Kermeur et un goûter frugal composé de yaourts, jus d’orange et quelques gâteaux. Pas de pique-nique, on déjeune sur Morlaix (lisez entre les lignes « donc il faut y arriver pas trop tard… »). J’embarque mon fils sur le siège enfant et en route pour la gare de Kermeur. Dix kilomètres en descente hier veut dire la même en petite montée aujourd’hui !

1h30 plus tard, j’arrive à Kermeur en ayant le sentiment d’atteindre le Saint-Graal ! Mon conjoint me rejoint quelques minutes plus tard. Pause goûter d’une vingtaine de minutes et nous reprenons la route.

En 1h30 nous effectuons la quinzaine de kilomètres suivants. La voie est beaucoup plus agréable à pratiquer dans ce sens, croyez-en mes mollets et mes fesses !

Nous arrivons sur Morlaix vers 13h HEUREUX (de nous débarrasser des vélos ou d’avoir relevé le défi ? Un peu des deux je pense!).

Après avoir déjeuné en ville, nous retrouvons Yannick à l’office de tourisme. Il nous accueille tout sourire et écoute avec attention notre escapade.

Malgré quelques incertitudes, les enfants ont apprécié nous suivre dans cette expérience familiale. Ils se sont bien entendus dans la charrette et ont tout autant apprécié venir sur le porte-bagage. Mon conjoint et moi sommes fiers d’avoir réussi à relever ce défi. Nous ne pratiquons jamais de vélo (ou sport en général). 25 kilomètres en une journée peut paraître dérisoire pour des habitués, mais beaucoup pour nous deux.

La voie verte est plutôt bien entretenue. En plein bocage, nous avons aperçus un renard, un chevreuil, des chevaux et des biquettes. Malgré une météo capricieuse, nous avons été peu impacté par le crachin. La voie verte est couverte, à l’abri des chênes. Le temps était idéal pour cette expérience : ni trop chaud, ni trop froid.

Informations pratiques : 

  • Gîte d’étape de la Gare – 4 Gare de Scrignac 29640 Scrignac – Tel: 02 98 72 47 39
  • Office de tourisme de la baie de Morlaix/Monts d’Arrée – 10 Place Charles de Gaulle, 29600 Morlaix – 02 98 62 14 94

Avez-vous déjà testé le cyclotourisme en famille ? Racontez-moi tout !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Written By
More from Lili

5 bonnes adresses pour organiser votre week-end à l’Aber Wrac’h

Si vous avez envie de vous organiser un week-end en Bretagne prochainement,...
Read More

4 Comments

Laisser un commentaire