Les phares du monde Amérique du Nord : la sélection des blogueuses voyage

Après un premier volet sur le Vieux Continent prometteur, je ne comptais pas m’arrêter là !

Pour ce deuxième article, sept blogueuses présentent des phares d’Amérique du Nord, sentinelles des côtes de ces immenses pays que sont le Canada et les Etats-Unis. Belle découverte !

Le phare du Borgot – Canada

Imaginez-vous sur un scooter, le vent dans les cheveux, l’air marin dans les narines. Autour de vous, des falaises d’un orange si vif et de grandes étendues de verdure parsemées de petites maisons multicolores. Bienvenue aux îles de la Madeleine, l’archipel québécois situé dans le Golfe du St-Laurent.

Tombée follement amoureuse de cette région du Québec, je n’en démords pas. Après trois visites, je suis toujours aussi chamboulée chaque fois que je quitte ces gens sympathiques et accueillants.

Un de mes endroits préférés aux îles, la light du Borgot, c’est-à-dire le phare du Borgot sur le Cap Hérissé à L’Étang-du-Nord, un des cinq phares qui demeurent encore en ces lieux. J’adore ce coin principalement pour le panorama qu’il offre sur les escarpements ocres et les vagues de l’océan, mais aussi pour la quiétude qu’on y retrouve. On se sent seul au monde, le vent dans les voiles!

L’accès au site est gratuit, comme tous les lieux naturels aux îles de la Madeleine, d’ailleurs. Ça prend un peu plus de temps que la moyenne pour y accéder mais une fois qu’on y est, on se balade gratuitement des heures durant. Dunes, grottes, buttes et plages sont toutes plus spectaculaires les unes que les autres.

Phares du Monde Amerique du Nord
Le phare du Borgot – Canada ©Moimessouliers

Jennifer du blog moimessouliers.org

Le phare de Pointe-au-Père au Québec – Canada

C’est en allant en Gaspésie que nous avons fait une halte à Pointe-au-Père dans la région du Bas-Saint-Laurent. Situé à environ 300 kilomètres de Québec, c’est une pointe de terre qui avance dans le fleuve Saint-Laurent, d’où son nom, et c’est également ce qui explique la présence d’un phare à cet endroit.

Ce phare, du haut de ses 33 mètres, est le deuxième plus grand phare du Canada. Construit en 1909 selon les plans de l’ingénieur français Henri de Miffonis, il est en béton armé. Il a été une aide à la navigation sur le fleuve jusqu’en 1975 où il a été remplacé par un autre, automatisé.

On peut le visiter et monter jusqu’à la salle de la lanterne (128 marches). Il fait partie d’un site historique et touristique. où on peut découvrir les différents bâtiments de la station du phare (hangar, maison du gardien…) mais aussi l’Onondaga, un sous-marin, (visite très intéressante pour comprendre le quotidien confiné des sous-mariniers) et une rétrospective du naufrage de l »Empress of Ireland », et ses 1477 passagers.

Ce site nous a beaucoup plu.

Phares du Monde Amerique du Nord
Le phare de Pointe-au-Père au Québec ©Lecoindesvoyageurs

Sylvie du Blog lecoindesvoyageurs.fr

Phare de l’Île Miscou – Canada

Dans le nord du Nouveau-Brunswick se cache une petite île discrète: l’Île Miscou. Et au bout de celle ci, se trouve un phare. À la rencontre des grands courants de l’Atlantique, face à une mer souvent capricieuse, il se dresse depuis plus de 150 ans.

Toujours en activité, on s’y rend en empruntant la seule route de l’île. D’immense tourbières séparent le phare du reste de l’île. À l’automne, elles prennent des couleurs spectaculaires. Si déjà l’Île Miscou semble être un trésor caché, loin de tout, le phare donne l’impression d’être au bout du monde. On peut y monter pour apprécier la vue mais surtout faire un pique-nique à ses côtés pour profiter de l’air marin qui souffle. Ce n’est pas un hasard qu’une série de concerts y soient présentés l’été, événement nommé « Voir Miscou et mourir ». Un nom qui indique toute la magie que revêt l’île et son phare.

Phares du Monde Amerique du Nord
Phare de l’Île Miscou – ©Scouich

Pascale du blog Scouich

Kilauea Lighthouse à Hawaï – USA

J’aime les bouts du monde, les endroits qui vous donnent l’impression de ne pas pouvoir aller plus loin. L’île de Kauai, dans l’archipel d’Hawaï, attise le vertige des confins.

Vous êtes sur l’île la plus occidentale d’Hawaï, la dernière île habitée par les hommes : au-delà, ce ne sont plus que les atolls fantomatiques de Kue, les îlots les plus isolés du monde, perdus au cœur du plus large océan du globe. Hawaï, c’est la démesure, la lave qui agrandit les îles, les vagues plus hautes que les voiles des bateaux, la dernière limite.
Le phare le plus célèbre de Kauai, Kilauea Lighthouse, répond à cette soif de démesure. Perché sur une langue de pierre s’avançant dans l’océan, il est battu par des vagues plus monstrueuses, plus bouillonnantes qu’ailleurs, de véritables lames d’écume qui font un bruit terrifiant en frappant les rochers. Des dizaines d’oiseaux rares et précieux nichent ici, dans cette réserve naturelle où les chanceux pourront observer la faune aviaire native d’Hawaï, préservée des hommes par la colère des flots. L’hiver, des baleines à bosse passent au large du phare, et dessinent des ombres plus noires encore au creux des rouleaux. Retenez votre souffle. Vous êtes au cœur de la magie.

Phares du Monde Amerique du Nord
Kilauea Lighthouse à Hawaï – ©ItineraMagica

Plus d’histoires hawaïennes de feu et d’écume sur le blog d’Ariane

Le phare Point Bonita – USA

Un peu à l’écart de San Francisco, à quelques minutes de voiture au nord du fameux Golden Gate Bridge, le phare de Point Bonita (Point Bonita lighthouse) est un petit joyaux de la Bay Area (et surtout peu connu des touristes).

Encore en activité aujourd’hui, le phare est ouvert 3 jours par semaine pour le plus grand bonheur des visiteurs qui pourront admirer une vue imprenable sur les côtes californiennes et l’océan pacifique à perte de vue (il est même possible d’entrapercevoir des baleines et des dauphins pendant certaines périodes de l’année).

Mais avoir le privilège d’admirer le phare et son environnement ça se mérite, il faudra pour cela faire au préalable une petite marche de 800 mètres sur un chemin plutôt escarpé et traverser un tunnel creusé dans la roche.

Le « Point Bonita Lightouse » est unique aux Etats-Unis, c’est en effet le seul phare en Amérique à être accessible seulement par un pont suspendu. Car oui, le phare se trouve sur un rocher éloigné de la falaise suite à l’érosion causée par l’océan avec le temps.

Lors des journées venteuses, la promenade sur la passerelle de bois peut parfois procurer quelques sensations fortes… Bref, la traversée du pont est donc à déconseiller aux personnes sujettes au vertige !

Phares du Monde Amerique du Nord
Point Bonita Lightouse – ©Fewmilesaway

Zoé du blog Few Miles Away 

Le phare de Point Pinos – Californie – USA

Les paysages de la Highway 1, le long de la côte californienne, sont tous plus beaux les uns que les autres. Il y a pourtant un endroit dont on parle moins qui m’a vraiment marqué : Point Pinos Lighthouse.

C’est au bord de la baie de Monterey que je suis tombée nez à nez avec ce phare historique. C’est le phare opérationnel le plus vieux de la côte ouest. Il a été allumé le 1er février 1855 et n’a jamais cessé son activité depuis. Il est à ce jour automatisé.

Le paysage entourant le phare est digne des plus belles cartes postales : un littoral pittoresque et l’océan qui vient terminer sa course contre des formations rocheuses plus ou moins escarpées. Si vous êtes chanceux, la danse des baleines se joindra au spectacle en tant que toile de fond. Mais l’acteur principale de ce tableau est bien le phare.

Le phare de Point Pinos ne ressemble à aucun autre que j’ai pu croiser sur ma route jusqu’à présent.  Si on lui enlève la partie supérieure qui abrite l’éclairage, cette construction ressemble plutôt à un petit cottage. Je me serais bien vu habiter dans cette maisonnette en bois blanc, seule, faisant face à l’océan. Je l’ai longuement contemplé, totalement fasciné, l’admirant sous tous les angles. À l’époque où le phare n’était pas encore automatisé, ses gardiens devaient vraiment en prendre plein la vue à chaque coucher de soleil !

Phares du Monde Amerique du Nord
Le phare de Point Pinos – Californie – USA ©Awwway

Valentine du blog Awwway 

Nauset Light à Cape Cod – USA

La péninsule de Cape Cod est une destination très courue des vacanciers durant la saison estivale. Ce petit bout de terre qui se jette dans l’Océan Atlantique, tout près de la ville de Boston dans le Nord-Est des États-Unis, offre un beau front de mer, le tout, dans un cadre tout à fait charmant.

Cape Cod compte plusieurs phares qui servaient et servent encore à orienter les bateaux. Lors de mon passage, je m’étais mise au défi de trouver celui qui est représenté sur les sacs de croustilles Cape Cod. Ce défi m’a amené d’un endroit à l’autre de la péninsule, pour finalement découvrir l’heureux élu qui a inspiré la marque, le Nauset Light.

Situé au bout d’une petite route, il fait partie des 5 phares du National Seashore, cette longue bande de sable préservée. Construit en 1887, il servait à orienter les marins au large de Chatham. Avec l’érosion qui gruge à tous les ans ce terrain fragile, le phare a dû être éloigné de la falaise il y a de cela 20 ans.

Il n’est certes pas le plus beau que j’ai vu au cours de mes voyages, mais lorsque j’ai su que le fameux phare imprimé sur les sacs de croustilles existait réellement, j’étais bien emballée à l’idée de pouvoir l’admirer de mes propres yeux.

N’oubliez pas d’amener votre sac de croustilles avec vous si vous y allez, ça permet de faire des photos sympas.

Phares du Monde Amerique du Nord
Nauset Light à Cape Cod – ©DécouverteMonde

Rachel du blog Découverte Monde

Merci encore aux participantes pour ces chouettes découvertes ! Nous nous retrouvons d’ici une quinzaine de jours pour le dernier article avec une sélection sur plusieurs continents. 

Belle soirée !

Pour épingler sur votre Pinterest !

Phares du Monde Amerique du Nord

Rendez-vous sur Hellocoton !

Tags from the story
Written By
More from Lili

Silent Sunday #40

Une photo, pas de mot. Vous aimerez aussi :
Read More

6 Comments

Laisser un commentaire