L’Afrique en photo me charme à La Gacilly

Ceux et celles qui me lisent régulièrement savent que je suis une adepte des sorties culturelles et de l’art en...

Deux jours à Ilha Grande

Nous entamons ensemble notre dernière escale brésilienne sur le blog. Avant de rejoindre la cité coloniale de Paraty, nous avons...

Une journée en escale à New York

Un jour j’irais à New York avec toi (enfin en escale, c’est déjà ça !)… En mars 2016, nous...

Le parc naturel Bardenas Reales en Espagne

J’ai tellement rêvé visiter ce lieu. Je l’ai découvert par hasard sur un blog dont je ne me souviens...

De l'Île Rousse à Calvi

7h   Je me réveille au son des vagues (et de mon réveil aussi, mais c’est déjà un peu...
Voyage en famille

Chroniques Lorientaises

Je partage avec vous nos balades, découvertes et bonnes adresses à Lorient.

Lire plus

A propos

Bonjour !
Je suis Lili

Breizh-Blogueuse, fraichement débarquée à Lorient, je voyage en famille avec nos 2 enfants de 2 & 4 ans...

Lire plus
Dimanche

Silent Sunday

Une photo
Pas de mot
Chaque dimanche
(ou presque)
Clic Clac

Voir plus
chroniques-ecossaises
Dans ma capsule

Dans ma capsule #2

Je ne sais pas comment cela se passe pour vous mais ici, ce n’est pas trop mal. L’angoisse qui m’habitait ces derniers jours a laissé place à davantage d’apaisement.

En effet, après le coup de massue du début de semaine, se retrouver à la maison à gérer l’école et le travail (et donc réorganiser le travail en permettant de maintenir une offre de service minimum au personnes les plus précaires de notre société) a été douloureux. Je travaille dans le social et tout ne pas pas s’arrêter, les choses semblent calées pour le moment. On attend la vague épidémique.

Je prends donc quelques minutes pour poser cet insouciant j’aime/j’aime pas et vous remercie pour vos petits messages sur le post précédent.

J’aime :

  • je ne pense pas à grand chose depuis hier, mon cerveau tourne beaucoup moins vite (ayant moins de trucs à gérer pour le travail), c’est plutôt plaisant,
  • les gens avec qui je travaille témoignent d’une belle solidarité, cela fait chaud au coeur,
  • ce matin, au réveil, mon amoureux avait préparé des pancakes. J’ai décrété que nous en aurions tous les vendredis (routine, routine je vous dis !),
  • demain, c’est le week-end et c’est chouette, mon tel professionnel ne va pas sonner,
  • j’ai réussit à faire les mathématiques en breton avec ma fille (bordel, mais quelle mouche m’a piqué de les inscrire en bilingue ?!)
  • On s’est trouvé un bout de parking/entrée de garage en bas de notre immeuble, les enfants sont joie !
  • notre plombier est intervenu dans notre maison en travaux car elle est inhabitée (chantier sans risque). Bon c’est toujours ça de pris.
  • j’ai organisé un skype entre ma fille et une de ses copines, cela permettra qu’elle ne finisse pas maboule ^^ Ça a fait chaud au coeur à tout le monde et on s’engage à un petit coucou à chaque copine par semaine.
  • j’ai réaménagé une pièce de mon appart, comme ça, j’ai l’impression d’avoir déménagé 🙂

Je n’aime pas :

  • je n’arrive pas à me poser pour lire, j’ai du mal à comprendre pourquoi,
  • ce confinement et ces fermetures des frontières créent des situations inédites et tristes : une connaissance vivant à l’étranger, dont le père est décédé, ne pourra se rendre à ses funérailles. Une amie dont le bébé est né mardi. Avec la confinement, elle n’a pas encore revu son conjoint ni son aînée. Enfin, j’ai pensé aux personnes désorientées vivant à domicile qu’accompagne l’une de mes amies. Cette situation et les attestations à réaliser sont compliquées à comprendre.
  • les activités manuelles, qu’est-ce que je n’aime pas ça ! Je laisse égoïstement mon homme s’en charger,
  • mon fils bégaie beaucoup en ce moment et je ne suis pas prête de trouver un orthophoniste (ça n’existe pas les consultations en ligne ?)
  • il fait toujours super beau en Bretagne et les plages sont fermées (car bien trop de personnes se sont crues en vacances). Bon j’arrête de dire cela car sous la pluie, je pense que ce confinement risque d’être déprimant.

J’ai l’impression d’être revenue au temps des révisions de partiels à la fac. Tu te lèves, ton temps de transport vers le travail est de trente secondes (je suis très large), tu passes ta journée dans quelques mètres carrés, puis tu te couches à quelques mètres de là où tu as passé ta journée.

Et vous, comment allez-vous en cette période de confinement ?

Continue reading
chroniques-ecossaises
Dans ma capsule

Dans ma capsule #1

Nous y sommes.

Non, je ne pense pas au printemps, même si son arrivée est proche, mais à cette période de confinement.

La pandémie de coronavirus a tellement modifié notre quotidien ces derniers jours que j’ai la tête qui tourne comme dans un manège.

https://www.instagram.com/p/B02oaXLiE-D/

Mon cerveau fonctionne a 360 car il soit nécessaire de réorganiser les choses chaque jour : plus de cinéma, plus de théâtre, plus d’école, mesures de télétravail, effectuer l’école à la maison,…

Il est donc arrivé ce temps inéluctable du huis clos à durée indéterminée.

J’aime :

  • Cette pause hors du temps, ne plus partir en déplacement pour plusieurs semaines et être avec eux chaque jour (oui je suis capable de dire le contraire dans les j’aime pas, non jugement svp 🙂 )
  • Avoir peut-être enfin l’opportunité de terminer ma PAL (Pile à lire)
  • Davantage de temps pour bloguer
  • Les économies que nous allons réaliser (oui bon ça va, je cherche quelques points positifs ^^)
  • Comme le nomme Manu, Le sens de l’essentiel, je l’ai déjà trouvé ici en fait (Big up Florence et la team #EnFranceAussi !)
  • Mettre mon couple au défit dans cet espèce de Loft Story énième formule
  • Pouvoir faire des skype avec mon Directeur dans la chambre de mon fils (avec des chouettes posters enfantins sur les murs)
  • Pouvoir faire du yoga tous les jours
  • L’insouciance des me enfants face à cette situation inédite
  • Le dernier album d’Agnès Obel que j’écoute en boucle

Je n’aime pas :

  • Ne pas avoir encore trouvé notre nouveau rythme pro/perso/école
  • Toutes ces mesures qui augurent une vraie crise sanitaire pour les prochaines semaines
  • Le fait de vivre en ville en appart (SOS)
  • Le fait d’avoir une maison en travaux dans laquelle nous sommes sensés emménager dans quelques mois. Beaucoup d’incertitudes à ce jour (retards de chantiers en devenir, en bref, la loose)
  • Je travaille dans le médico-social, avec les plus précaires et notamment les gens vivants à la rue, qui ne pourront rester en confinement. Nous tentons d’inventer des nouvelles réponses pour les soutenir, tout en protégeant les équipes qui interviennent. Je sais déjà que cette crise est sanitaire, elle sera économique et évidemment sociale. Les plus vulnérables vont encore morfler.
  • La playlist plus que discutable de ma voisine
  • la météo bretonne qui semble être pas trop mal pour cette semaine (non mais c’est quoi ce mauvais timing ??)
  • La boule au ventre pour ce présent et ce futur, son lot d’épreuves à surmonter.

Et vous, comment s’est passé ce premier jour de confinement ?

Continue reading
France, Nord

Instantanés lensois

De mémoire, mis à part quelques articles concernant notre escapade familiale à Lille il y a cinq ans (ah oui quand même !), je n’avais pas eu l’occasion d’écrire, ni même revenir dans le nord de la France. Chose faite grâce aux copines d’En France Aussi, le chouette webzine auquel je participe.

Le collectif #EnFranceAussi regroupe des blogueurs-ses passionnés-es par notre pays et les petits trésors dont il regorge. Et au-delà de cela, c’est une sympathique équipe dont je suis ravie de faire partie.

Et me voilà donc à préparer ma valise pour partir un week-end sur Lens, dans la région des Hauts de France, où Florence, de l’office de tourisme, nous accueille à bras ouvert avec son merveilleux sourire.

Tourisme de mémoire

La région porte encore les empreintes de la Première Guerre Mondiale. Choisir de parcourir ces lieux, c’est choisir de rendre hommage à cette douloureuse période de notre histoire collective.

Le Mémorial canadien de Vimy

Le mémorial de Vimy est l’un des plus imposants monuments canadiens d’Europe. Il est situé à l’emplacement même des combats de 1917 dans les environs de Vimy dans le Pas-de-Calais en France. Erigé sur le point culminant de la colline, il domine la plaine de Douai sur un terrain offert par la France au peuple canadien. L’ambiance hivernale, pluvieuse et lourde d’un brouillard épais se prettait parfaitement à la visite. En effet, comme a pu nous témoigner Jean-Pierre Godbout du Centre d’accueil et d’éducation du Mémorial national du Canada à Vimy et mes souvenirs d’école, les guerres de tranchée ont été d’une violence absolue.

Le mémorial 14-18 Notre-Dame-de-Lorette

Trois lieux sont importants pour prendre pleinement conscience de ce qui s’est passé ici, à savoir la nécropole de Notre-Dame-de-Lorette où dorment pour l’éternité plus de 42 000 soldats français morts pendant la Première Guerre Mondiale. L’Anneau de la Mémoire, mémorial international, rassemble depuis 2014 les noms de près de 580.000 soldats tombés sur le territoire de Nord Pas-de-Calais entre 1914 et 1918. Enfin, à Souchez, au milieu des anciens champs de bataille, le centre d’Histoire du Mémorial’ 14-18 vous accueille pour aller encore plus loin dans votre visite. C’est aussi ici que mes copines blogueuses Les deux dames en van ont effectué leur première exposition.

Exposition “Vest Pocket Memories”

Hélène et Paule-Elise ont développé un projet photographique autour de l’appareil photo emblématique de l’époque, le Kodak Vest Pocket, fabriqué en 1913. Il est devenu leur compagnon de voyage et elles ont réalisé avec leurs clichés une chouette exposition que je vous invite à aller découvrir initialement prévue jusqu’au 17 mai 2020 et prolongée pendant l’été ! J’ai eu le bonheur d’assister au vernissage et cela restera un doux souvenir pour moi. Good job les filles !

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est IMG_6395_resized.jpg.
Une partie de la Dream Team !

Crédit Photo https://lesmilletdu62.com/

Monter en haut d’un terril

Le terril, que l’on prononce “terri” comme outil par exemple (là ma fille soufflerait, en plein apprentissage de notre langue, parole de CE1), est une colline artificielle construite par accumulation de résidu minier. Le terril parait haut, et c’est le cas ! Nous avons eu le droit à un joli coucher de soleil, une ambiance lunaire à souhait.

Manger des frites

Bon, à ce moment, vous vous dites, elle a craqué ! Non même pas… Sachez qu’ici, manger des frites (que vous allez chercher à la friterie avec votre saladier) c’est comme manger des galettes chez nous ! En bref, s’organiser une soirée bière/frite, c’est la base !

Aller au musée du Louvre-Lens

Si vous saviez la beauté de ce musée ! Il est annoncé que cette galerie, c’est “5000 ans d’histoire d’un seul regard”. Et bien c’est exactement ça ! Dans un espace ouvert de 3000 m², la Galerie du temps expose plus de 200 chefs d’œuvre prêtés par le musée du Louvre. La scénographie permet au visiteur de balayer de nombreuses oeuvres et époques. j’ai adoré cette visite accompagné par une guide passionnante. Mon coup de coeur du week-end !

Quelques bonnes adresses !

Manger, dormir et boire !

  • A l’potée d’ Léandre, un estaminet rétro comme je les aime et où j’ai dégusté ma première “martiflette” (tartiflette au Maroilles)
  • La maison des projets : un chouette salon de thé dont les cookies sont délicieux.
  • Comme chez Babcia, j’ai été ravie et surprise de retrouver un petit bout de Pologne à Lens, et quelle ambiance en ce dimanche !
  • La maison d’hôtes L’heure Bleue à Givenchy : une chambre d’hôtes douillette dont je garde le souvenir d’un petit déjeuner gargantuesque !
  • La Brasserie Page 24 car séjourner dans le Nord sans boire une bière ne m’était pas envisageable !

Merci à l’équipe de Lens Liévin tourisme pour le très chouette accueil (et mention spéciale à Florence et son équipe).

Week-end à Lens
Bonnes adresses et idées de balades, visites pour découvrir Lens et l’esprit chaleureux du Nord de la France #Lens #HautDeFrance #EnFranceAussi
Continue reading
Glencoe
Ecosse, edimbourg, Europe

Chroniques écossaises

Édimbourg, 17h35, nous sortons de l’aéroport. Le temps est clément et nous filons prendre le bus, un double deck, pour le plus grand bonheur de mon fils de 4 ans (qui est venu en Ecosse avec cet unique objectif, disons le clairement).

Bien installés aux premières loges, à l’étage, nous entrons doucement dans la ville. Quelques kilomètres plus tard, nous redécouvrons des lieux qui nous sont familiers, suite à notre séjour en 2014 dans l’Athènes du Nord. 

Nous prenons nos quartiers, pour deux petits jours, à Dean Village . Dire que j’ADORE ce coin de la ville est un euphémisme ! Il a des airs de petit village, c’est assez étonnant, au cœur même de la ville.

Dean Village était un quartier habité par une communauté de meuniers (d’où la présence de plusieurs moulins). Aujourd’hui c’est un quartier résidentiel très calme où il fait bon fuir un peu l’agitation du reste de la cité.

Notre appartement est chouette, décoré avec soin et niché dans un joli bâtiment. Je suis en AMOUR.

La façade de notre immeuble à Dean village
Dean village

Après une belle nuit (et une infection urinaire que je tente de soigner…), nous partons à pied le long de la rivière Water of Leith pour arriver à Stockbridge. J’avais très envie de découvrir ce quartier, les boutiques de fripes, les cafés… mais je n’ai vu que la pharmacie, à la recherche d’un médicament pour me soulager (que je ne trouve pas sans prescription médicale). Et nous voila quelques minutes plus loin dans le Royal Botanic Garden.

Nous avons passé du temps avec les enfants à nous réchauffer dans la moiteur des serres tropicales, à découvrir certaines plantes de notre salon en bien meilleure croissance.

chroniques-ecossaises


chroniques-ecossaises

chroniques-ecossaises

chroniques-ecossaises

chroniques-ecossaises

chroniques-ecossaises


chroniques-ecossaises

chroniques-ecossaises

Le soleil est de retour (pour quelques jours) et nous partons à pied nous perdre dans les rues de cette ville que j’aime tant.

Un château, des cimetières, ma fille est à la chasse aux fantômes et mon fils n’attend QU’UNE chose, effectuer un tour en bus rouge. Nous empruntons le Princes Street Gardens où les edimbourgeois profitent du soleil et des fleurs tapissent le parc.

Nous avons bien mieux à proposer aux enfants : le Scottish National Portrait Gallery. Alors, à ce moment précis, mon fils est clairement blasé et refuse de dépasser le banc situé à l’entrée.

Avec ma fille, nous nous délectons de l’ambiance du lieu, les peintures, les jeux de lumières. Elle m’exprime le risque de faire des cauchemars la nuit prochaine avec ces tableaux bien trop réalistes !

Bon finalement, mon fils nous rejoint et nous terminons la visite par un goûter mérité au St Andrews Square.

chroniques-ecossaises


chroniques-ecossaises

chroniques-ecossaises

chroniques-ecossaises

chroniques-ecossaises

chroniques-ecossaises

Nous remontons vers Old Town, admirer le château et boire une bière à Grassmarket.

Ensuite, nous filons saluer Bobby, à l’entrée du cimetière de Greyfriars. Celui-ci est définitivement mon lieu préféré. Ces tombes sont superbes et l’ambiance qui y règne est mystérieuse. 

chroniques-ecossaises

Nous quittons notre nid douillet le lendemain matin, direction St Andrews

Après un déjeuner au pub, nous déambulons dans la ville, armés de notre carte. St Andrews est une ville riche avec les jolies ruines de son château, sa cathédrale ainsi que ses petites ruelles et sa magnifique université. 

chroniques-ecossaises
chroniques-ecossaises
chroniques-ecossaises
chroniques-ecossaises
chroniques-ecossaises
chroniques-ecossaises
Hotel The Crees Inn

Après une nuit dans un hôtel le Crees Inn, dans un tout petit village, nous reprenons la route. Et c’est bien à ce moment précis que les choses sérieuses commencent !

Mon coeur se souvient encore de la beauté et diversité des paysages que nous avons pu découvrir au cours de ces quelques jours sur la route. L’Ecosse est tellement riche de paysages sublimes et d’une nature superbe.

Direction le Pitlochry !

Notre première étape de voyage nous emmène dans le Pitlochry. Petit à petit le paysage change et quelques montagnes apparaissent, commençant à modifier le paysage.

Nous posons nos valises pour deux jours dans un gîte à Garve, le Rosemount Bothy. Cette petite bulle écossaise nous fait le plus grand bien ! Les deux hôtes, John et Helen sont charmants. Ils accueillent les enfants avec beaucoup d’attention. Chaque soir, John nous prépare un feu et c’est un plaisir d’être aussi bien accueilli. Le soir, l’ambiance au gîte est au cocooning, avec ce feu qui crépite et le froid qui envahit les alentours.

Rosemount Bothy
https://www.instagram.com/p/Bvwz9iVHYpR

La célèbre North Coast 500 (NC500)

Nous avons sillonné des petits morceaux de la fameuse route 66 écossaise et les paysages que nous avons côtoyés étaient à la hauteur de nos attentes.

https://www.instagram.com/p/BwRiPWBnMHM/

Nous sommes partis de Garve, direction Lochcarron, Shieldaig, le joli petit village de pêcheurs de Plockton et le sublime Eilean Donan Castle.

Eilean Donan Castle

Eilean Donan castle est un château construit sur un îlot, relié à la terre ferme par un petit pont. Il a été un haut lieu de la résistance écossaise et a été démoli en quasi totalité. Ce château est magnifique dans son écrin d’eau et de verdure.

Le Haggis du dimanche !
Non loin de Lochcarron

Kinlochleven, dans la vallée de Glencoe

Kinlochleven signifie littéralement « le bout du Loch Leven » en gaélique. Nous y avons séjourné deux jours, hébergés à l’auberge de jeunesse de la petite ville. Les enfants ont adoré ce type d’hébergement que nous testions en famille pour la première fois.

Ils lui ont attribué la première position des logements du séjour en Ecosse, c’est dire ! Moralité, ça vaut le coup de louer un appartement à Édimbourg ou les emmener à l’hôtel ! Il est simple de comprendre pourquoi : cuisine collective, des jeux de société à disposition, plein de gens pour discuter et des lits superposés. Le rêve pour des gamins de 4 et 6 ans !

Nous avons rencontrés un couple de Néerlandais qui voyageaient avec leur grande fille. Mon fils de 4 ans s’est obstiné à vouloir discuter avec celle-ci. Régulièrement, il venait me voir en me disant “Elle comprend rien du tout la fille” 🙂

Et je vous épargne l’épisode où j’ai nettoyé les fringues plein de vomi de ma fille dans un mini lavabo avec un savon, dans une auberge de jeunesse au fin fond de l’Ecosse ….

La vue depuis l’auberge de jeunesse à Kinlochleven

En amour pour le Glencoe

Le jour suivant, la météo est pluvieuse. Nous continuons notre route à travers le Glencoe en réalisant une petite randonnée en forêt dans le parc du Glencoe An Torr.

Parc du Glencoe An Torr
arc du Glencoe An Torr

Nous passons une bonne partie de l’après-midi sur la route avec de nombreux arrêts photos, nous enivrant des paysages sublimes du Glencoe.

Pour terminer notre séjour, j’avais réservé une nuit dans cet hôtel que j’avais découvert chez Julie, la talentueuse créatrice de Carnets de Traverse, il y a déjà 4 ans. J’avais gardé précieusement l’adresse au chaud…. Et nous n’avons pas été déçu du voyage !

La déco est à tomber, le coin café/salon de thé est idéal pour prendre du bon temps, la chambre familiale était parfaite et le dîner très bon. En bref, c’est une très jolie adresse si vous passez par là !

Chroniques-ecossaises
Chroniques-ecossaises

Carnet d’adresses :

Hébergements et restaurants :

  • Notre appartement à Édimbourg : comme je l’évoquais au début de l’article, j’aime beaucoup Dean Village et je suis ravie d’avoir trouvé cette pépite dans ce quartier que j’affectionne particulièrement. Déco soignée, fonctionnel, dans un bâtiment historique, proche du centre et pourtant au calme, je vous le recommande chaudement.
  • Rosemount Bothy – Highland Cottage : Nous avons loué ce petit gîte pour 2 nuits. John et Helen nous ont préparé un très bon accueil, le gîte est décoré avec soin et il est assez proche de nombreux coins de balades. De plus, ils ont été charmants avec les enfants, un vrai plus pour nous !
  • Mhor 84 Motel : la cerise sur le gâteau de notre séjour. Nous y avons séjourné lors de notre dernière nuit afin de clore notre séjour en beauté et ce fut le cas ! C’est à la fois un hôtel, restaurant, café, salon de thé. Nous avons occupé la chambre famille, dîné sur place (les produits proviennent de leur propre production et c’était délicieux). Enfin, la déco est à tomber !
  • Blackwater Hostel : une toute petite auberge de jeunesse (une dizaine de chambres) située à Kinlochleven, au pied des montagnes. Nous avons longé le loch Leven pour y accéder, magique !
  • The Crees Inn : un petit hôtel tout simple avec 5 chambres , un pub/restaurant, situé dans un tout petite village. Idéal pour une étape sur la route !
  • Pub à St Andrews The Central

Visites et balades :

  • Scottish National Portrait Gallery,  Édimbourg
  • Royal Botanic Garden, Édimbourg
  • Dean village, Edimbourg

Si vous cherchez d’autres infos sur l’Ecosse et plus précisément Édimbourg, je vous invite à consulter les articles suivants.

J’ai passé un doux séjour et je rêve de repartir ….

Pour votre Pinterest

Highlands Ecosse
Paysages somptueux et bonnes adresses pour un séjour en Ecosse à la découverte des Highlands : dépaysement garanti pour ces chroniques écossaises !
#Ecosse #scotland #scotlandtravel
Continue reading
Bla Bla

Le temps retrouvé

Je n’aurais jamais cru écrire ce billet un jour mais la vie, ma vie, comme bien d’autres vous me direz, est parfois étrange…

Un peu plus de deux ans et demi après avoir publié ce billet témoignant de notre enthousiasme à l’idée d’être passée à l’Ouest, je publie un nouveau post vous illustrant ma facilité à faire des mauvais choix. Parfois.

Celles et ceux qui savent, savent. Les autres, vous devez vous demander de quoi je parle ! Quelques explications s’imposent :

J’ai un nouveau job depuis un an qui exige de nombreux déplacements professionnels sur la Bretagne. Je suis ravie de ce poste et pour autant, je n’ai pas réussi à trouver pleinement l’articulation pro/perso.

C’est pourquoi nous avons tenté de nous rapprocher de Rennes en partant vivre sur Redon il y a quelques mois, avril en l’occurrence (déménagement, changement d’école, toussa, toussa). Et puis au bout de quelques semaines, il a fallut se rendre à l’évidence : la mer nous manque, les copains nous manquent, Lorient nous manque, nos habitudes nous manquent, notre vie en somme. Et la position géographique de Redon ne nous a pas apporté la fluidité pro/perso tant espérée, bien au contraire.

Durant la deuxième quinzaine de juin, nous avons décidé de repartir vivre sur Lorient. Avec mon homme, nous n’avons JAMAIS travaillé au même endroit tous les deux. Et je suis lassée de choisir mon lieu de vie par rapport à nos emplois. Nous avons donc décidé de rentrer à la maison 🙂

Alors oui, ce passage express à Redon n’était pas la meilleure idée de l’année comme je m’amuse à le dire, mais il a été nécessaire pour m’apercevoir où je me sentais vraiment chez moi. Et si vous me lisez ou me connaissez, vous savez au combien c’est une étape importante dans mon cheminement personnel ! Et nous avons même le projet d’investir dans l’immobilier, quelques années après notre expérience mayennaise, mais ça c’est une autre histoire….

En bref, on est repassé à l’Ouest …

La bise salée !

Continue reading
Decouvrir le Festival Photo de la Gacilly 2019
Art de vivre, Bretagne, Morbihan

Découvrir le Festival Photo de la Gacilly 2019

En 2017 (DÉJÀ !), je vous avais emmené au Festival de photographie de la Gacilly, dans le Morbihan.

Deux ans plus tard, je vis à quelques kilomètres de ce charmant village que j’aime beaucoup. L’Afrique était à l’honneur, aujourd’hui, des photographes de l’Est de l’Europe sont aux commandes. Je ne pouvais donc pas rater cette chouette exposition en plein air.

Elle a ouvert officiellement il y a à peine quelques jours, soit le 1er juin !

En effet, La Gacilly, c’est un festival de photos à ciel ouvert, hors les murs.

A travers des thématiques fortes comme les 30 ans de la chute du mur de Berlin, les changements climatiques et les défis écologiques en conséquence, les choix photographiques nous permettent d’interroger notre rapport à la nature (thématique très très actuelle) et laissant pleinement la place à une photographie militante.

♥ ♥ ♥

Direction les paysages de l’Europe de l’Est et le coeur des peuples de la Russie à travers quelques clichés d’artistes polonais, russes ou estoniens, qui vous donneront surement très envie de venir les découvrir par vous même.

La plupart des murs des maisons de la petite commune sont occupés par des clichés en format XXL.

Decouvrir le Festival Photo de la Gacilly 2019
Decouvrir le Festival Photo de la Gacilly 2019
Decouvrir le Festival Photo de la Gacilly 2019
Decouvrir le Festival Photo de la Gacilly 2019
Decouvrir le Festival Photo de la Gacilly 2019
Decouvrir le Festival Photo de la Gacilly 2019

♥ ♥ ♥

Mon coup de coeur ?

Les oeuvres de l’artiste Marco Zorzanello, traitant du tourisme de masse et de son impact sur le climat, tourisme climatique. La sélection de photographies est saisissante ! Le photographe a voulu montrer de façon cynique comment ce réchauffement climatique arrive à faire quelques heureux…

♥ ♥ ♥

La Gacilly est aussi un joli petit village fleuri avec de belles maisons bretonnes. Vous apprécierez la balade !

Informations pratiques

Dates :  du 1er juin au 30 septembre 2019.

Site Web du festivalhttp://www.festivalphoto-lagacilly.com/

La Gacilly se trouve à 45 mn de Vannes, 1h de Rennes et 1h20 de Nantes.

Gratuit en accès libre en continu (déambulation dans la commune)

Pour votre Pinterest :

♥ ♥ ♥

Continue reading

Nos coups de cœur !

Redonner au temps son épaisseur

Il y a eu la dernière fois où j’ai donné des nouvelles.

De l'Île Rousse à Calvi

7h   Je me réveille au son des vagues (et de mon réveil aussi, mais c’est déjà un peu moins glamour non ?). Nous avons un train de l’Île...