Appeler son blog Jolis Voyages pourrait augurer un point de vue bien tranché. Mais malgré ce titre un peu fleur bleue je vous le concède, je suis aussi pleine de réalisme. Le voyage rime donc aussi parfois avec déception, pour moi comme pour vous.

Qui n’a jamais été déçu d’une destination, d’une organisation, d’une visite ? Mal à l’aise avec une ambiance ? Eu la sensation de ne pas avoir vécu ce qu’il pensait vivre lors d’un voyage ?

Je vais commencer mon propos en partageant avec vous quelques souvenirs décevants à mes yeux. Il ne s’agit là que d’expériences car aucun de mes voyages n’a été profondément décevant en soi. 

Retour d’expériences

  • Amsterdam : lors de notre escapade à Amsterdam, le quartier rouge ne pas pas laissé insensible. Loin d’avoir été choquée, j’ai trouvé attristant le spectacle offert par ces groupes d’hommes alcoolisés fêtant un enterrement de vie de garçon ou je ne sais quoi d’autre et bavant devant les vitrines où s’exposaient des femmes. Certes, je m’attendais à ce genre de spectacle mais y être plongée ne m’a pas convenu. 
  • Rome : j’avais pas mal d’espoir en la découverte par mes propres yeux de la Chapelle Sixtine. Il n’en a été rien. Je n’y ai vu qu’un lieu très bruyant malgré les appels au silence des gardes. Cette chapelle est vraiment victime de son succès et de son statut de lieu d’incontournable à faire lors d’un passage à Rome. 
  • Auschwitz : le tristement célèbre camp de la mort est aussi victime de son succès. Qu’un certain nombre de personnes viennent fouler ce sol où tant de personnes ont été torturées ne me gêne pas en soi. Par contre, l’organisation des visites guidées est absolument pathétique. Les français ont une étiquette à coller sur leurs vêtements pour se repérer entre eux et être identifiés par le guide. Il en était de même pour les autres nationalités. J’ai trouvé cela d’assez mauvais goût. Nous étions très nombreux. Nous nous sommes retrouvés à nous croiser par groupe, dans des couloirs étroits, en file indienne. En un mot  : glauque. 

Ces trois exemples illustrent bien au combien les visites de lieux touristiques très prisés, incontournables, “to do list”, nous font parfois vivre des expériences très désagréables. 

Amsterdam coup de coeur (110)

Des lieux à succès

Qui dit lieu touristique, incontournable, “must see” dit touristes. Ça va de pair. Et même si on s’y attend, il est vraiment possible de se faire surprendre par l’ampleur de la chose. La foule sur la Place St-Pierre à Rome en est un bon exemple, croyez-moi.

Un “conseil” que je lis régulièrement sur les réseaux sociaux : éviter les touristes. Et nous, on est quoi alors ? Oui, nous sommes des touristes. 

Tout d’abord, je pense que cela dépend de ce que vous recherchez en voyage : un lieu sauvage, de la solitude, une ambiance, des rencontres,…

L’un des voyages dont je garde le plus doux souvenir est mon séjour en Pologne. Et cela tiens entre autre au fait que nous avons été assez tranquille durant le séjour, loin de la foule, une parenthèse au fin fond de l’Europe.

Et il s’agit aussi d’une question de temps. Doit-on anticiper notre voyage ou se faire surprendre par l’imprévisible : voir Piccadily Circus vide de voitures et noire de monde à l’occasion de la Fête des Lumières de Londres. Une expérience qui vous change toute une place et le ressenti, souvenir, que vous aviez à son égard.

Ou encore ce que nous avons vécu à Rome : devoir arpenter la ville à pied afin de regagner notre logement pour cause de suppression des moyens de transports en lien avec des manifestations de jeunes contre Mario Monti. 

Les souvenirs et les sentiments se construisent donc aussi en lien avec les conditions de visite de certains lieux. 

Chocholow Pologne

Le poids des images

Qui n’a jamais eu la désagréable sensation d’être anesthésié par toutes ces images, ces personnes qui prennent les mêmes photos. Sans cesse, sans fin.

Et les partagent. Sans cesse, sans fin. Je participe aussi à cela et ça a vraiment quelque-chose d’effrayant parfois. 

Arrêtons d’être naïf en imaginant trouver un lieu aussi superbe Photoshopé que les images qu’on nous vend partout.  Nous ne pourrons pas y échapper complètement de toute façon.

Toujours courir après l’original, c’est d’un fatiguant parfois ! Au risque de commencer à se lasser ou être lassant.

Restons critique mais continuons à voyager, à photographier. Et à utiliser nos appareils photos. Expérimenter les fonctionnalités.

L’image a aujourd’hui beaucoup de poids. Parfois bien plus que les mots. Et c’est fort dommage car selon moi l’un ne doit pas se substituer à l’autre. 

Comment tenter d’y remédier ? 

Concernant la question du poids des images, cela reste compliqué. En effet, hormis se couper du monde et ne plus utiliser aucun média, cela reste mission impossible. Et il serait bien naïf de croire le contraire, non ? Et par la même occasion vraiment dommage de s’en priver. 

  • Se limiter : Pour notre prochain voyage, j’ai envie d’être submergée. Alors je fais assez attention. Je ne vais pas à la chasse aux infos : je l’ai fait il y a quelques semaines au moment des réservations mais maintenant que le voyage approche, je me limite.

J’ai envie de me laisser emporter par les personnes qui vont nous accueillir. En tant que locaux et expat’, ils vont m’emmener visiter leur ville, leur pays, leur lieu de vie. Et je prendrais aussi ma part d’initiatives et de découvertes une fois sur place. 

Il est possible que je loupe un truc ENORME qu’on ne peut pas rater comme je l’ai fait à Bruxelles il y a bien des années en n’allant pas visiter l’Atomium. Je n’avais rien préparé, je ne l’ai pas cherché ni même pensé à aller le voir. Ce sera pour une autre fois. Même si cela laisse souvent les gens perplexes. 

“Quoi ? t’as pas vu l’Atomium alors que tu es allée à Bruxelles ?”

  • Une autre alternative : la lecture. Préparer un voyage, c’est aussi selon moi le découvrir par ses auteurs, son histoire ou des récits de voyage. Loin des images qui nous limitent ou nous donne cette sensation de déjà vu, les mots nous permettent de mettre en images des lieux que nous découvrirons ensuite de nos propres yeux.  
  • Se rendre dans des lieux moins touristiques : l’idée n’est pas de chercher des destinations inconnues, courir après l’original, aller là où personne n’a encore réalisé un billet pour un blog. Selon moi, il s’agit plutôt de tenter d’avoir une vision plus complète d’une destination, loin des lieux touristiques et/ou incontournables. 

Parfois, je me pose cette question en tant que jeune maman : à trop tenter d’éveiller la curiosité de mes enfants, ne deviendrons-ils pas des êtres blasés, ayant la sensation d’avoir vu beaucoup (à défaut d’avoir tout vu), avec la sensation d’être difficile à contenter ? 

En somme, tout est surement question d’état d’esprit : à trop espérer, sommes-nous déçus ? Sans aucune attente, est-ce mieux ?

Mais je reste une éternelle optimiste : le monde nous réserve encore et toujours de belles surprises. Tout est alors question d’enthousiasme et de désir. Qu’il faut continuer à cultiver et s’émerveiller devant son globe. 

Qu’en pensez-vous ?

Je termine avec cette citation de Marcel Proust, mon auteur chouchou !

Le seul véritable voyage, le seul bain de Jouvence, ce ne serait pas d’aller vers de nouveaux paysages, mais d’avoir d’autres yeux, de voir l’univers avec les yeux d’un autre, de cent autres, de voir les cent univers que chacun d’eux voit, que chacun d’eux est. Marcel Proust

Rendez-vous sur Hellocoton !