Yeun Elez

L’heure est venue du bilan des vacances, le retour au boulot, l’attente de la rentrée, le tri des photos, encore profiter de l’été et écrire quelques billets ! Dans un précédent article, je partageais avec vous notre programme des vacances pour l’été 2016. Evidemment, nous ne l’avons pas complètement respecté ! En effet, nous avons pris quelques libertés concernant notre tour de Bretagne. On a un peu moins couru, pris davantage le temps,  laissé court à nos envies.

Voici donc le premier épisode du Bzh Tour 2016 !

Notre première étape se déroule dans le Parc naturel régional d’Armorique. Nous chargeons la voiture (avec peine) en prévision de deux jours de vélo en famille dans les Monts d’Arrée. Mais avant cela, nous nous mettons en route pour une journée de balade dans le Centre Bretagne, Kreiz BreizhUne fois sur Morlaix, nous prenons la direction du Parc naturel régional d’Armorique afin de nous laisser enchanter par cette terre de légende. Il crachine comme on dit ici et tout le monde s’endort dans la voiture (oui, oui, tout le monde sauf moi), bercés par la route sinueuse.

L’abbaye du Relec

Seule maîtresse à bord, je prends spontanément la direction de Plounéour-Ménez où m’attend une belle abbaye cistérienne. Le bourg s’organise autour de l’abbaye du Relec avec notamment un restaurant qui programme des soirées à thèmes au coin du feu en lien avec celle-ci.

L’édifice religieux date de 1132 (la seconde implantée en Bretagne) et a abrité des moines pendant près de six siècles. Abandonnée depuis la Révolution, le temps semble aujourd’hui s’être arrêté en ces lieux. On devine que l’édifice était imposant à travers les vestiges de l’ancien cloître, l’église Romane, la fontaine, les jardins, les anciennes profondes douves,…

« D’un seul instant dépend l’éternité » (inscription en latin sur le cadran de l’abbaye)

Le nom de Relec vient de reliques. La légende rapporte qu’au VIème siècle, des disciples d’un saint auraient fondé ici un monastère pour donner une sépulture aux ossements des victimes d’une bataille entre deux princes bretons.

abbaye du Relec

abbaye du Relec

Aujourd’hui complètement vide, sa visite est gratuite. A deux pas, il y a un étang et un ancien moulin à eau à découvrir.

Après cette balade bucolique, je retourne à la voiture où m’attendent mes trois dormeurs. La pluie est de plus en plus importante, je prends la direction de St-Michel de Braspart.

Le Yeun Elez 

Nous arrivons sur le parking au pied du Mont où se trouve la chapelle. Le goûter s’organise dans la voiture. Personne n’a vraiment faim et les enfants ont plutôt très envie d’aller prendre l’air (vous voyez ce que je veux dire ?).

Une fois équipés, nous montons sur la petite colline où se trouve la jolie chapelle datant de 1672. Malgré le brouillard, la vue est imprenable sur le marais du Yeun Elez. C’est la première fois que je viens ici avec un temps pareil. La dernière fois, le soleil était flamboyant. Un changement d’ambiance qui donne aux lieux une atmosphère surnaturelle où vivent, parait-il, des korrigans.

J’aperçois difficilement le Lac de Brennilis dont la création est légendaire, on raconte ici qu’il s’est formé grâce aux larmes sans fin d’un couple de paysans.

Yeun Elez

 Nous entrons dans la petite chapelle vide. Au fond, il y a un banc où se trouve des petits cailloux posés les uns sur les autres.

A notre sortie, un nuage est sur le haut du Mont. On ne voit pas à deux mètres et la pluie se fait sentir. Je n’ai pas eu le temps de faire de photographies du Lac de Brennilis, il est maintenant invisible à mes yeux.

Yeun Elez

Parc naturel régional d'Armorique

Nous descendons la montagne pour aller nous balader dans le Yeun Elez. L’air est chaud (il fait une bonne vingtaine de degrés) mais humide. Un vrai temps de pays celte.

 Nous nous aventurons dans une mer de fougères. Ma fille attrape un bâton. 

« Je suis vieille maman ! J’ai un bâton ! ».

 

« Non tu n’es pas vieille, tu es une bergère ! »

 

Yeun Elez

Yeun Elez

Ce lieu est terre de légende. Je vous invite à lire ici un extrait de La légende de la Mort d’Anatole Le Bras car il parait qu’ici, ceux sont les portes de l’Enfer. 

Au bout d’une bonne heure de marche et quelques photographies plus tard, nous retournons à la voiture pour libérer mon fils qui sature du porte-bébé. Dernière étape de la journée, nous passons à Berrien. Et une curiosité m’attire l’œil : les ruines d’une autre chapelle. 

La chapelle Ste Barbe à Berrien

Il ne reste pas grand chose de celle-ci hormis les murs et c’est ce qui en fait tout son charme je trouve. Elle a une histoire particulièrement tumultueuse.  Elle a été construite entre les villages de Squiriou et Ty Ar Gall en 1865 sur l’ancienne voie romaine. En 1876, un habitant de Berrien fait don d’un terrain à la paroisse située à 500 mètres du bourg. Vu l’éloignement de la chapelle, le recteur de l’époque sollicitera le démontage de celle-ci pour être reconstruite sur le terrain offert. Le 9 août 1896, la chapelle sera reconstruite entièrement au lieu-dit Le Poullic et que le Père Legrand, curé d’Huelgoat, en bénira la cloche. Malheureusement, son existence sera de courte durée. Le 17 juin 1955, un violent orage s’abat sur les Monts d’Arrée et la foudre viendra en deux fois frapper la toiture de la chapelle. Le feu détruira une grande partie de ce monument.

chapelle Ste Barbe Berrien

chapelle Ste Barbe Berrien

chapelle Ste Barbe Berrien

Prendre un thé, bouquiner...

Café librairie l'Autre Rive située à Berrien (Finistère), pour une parenthèse gourmande et cultuelle.

Après cette balade brouillardeuse dans les Monts d’Arrée, nous rejoignons Morlaix pour bénéficier de notre location de vélo. En route pour deux jours de vélo en famille vers Scrignac.

Mais pour découvrir cette balade, je vous demande un peu de patience ! 🙂

Rendez-vous sur Hellocoton !